Edgard Pisani, ancien ministre sous De Gaulle et Mitterand, est mort

DECES François Hollande a rendu hommage à un « résistant courageux »…

20 Minutes avec AFP

— 

Edgar Pisani  est décédé lundi soir à l'âge de 97 ans.
Edgar Pisani est décédé lundi soir à l'âge de 97 ans. — ERIC FEFERBERG

Edgard Pisani s’est éteint lundi soir à l’âge de 97 ans. Cet ancien ministre du général de Gaulle et de François Mitterrand était un grand spécialiste des questions agricoles et européennes.

Gaulliste de gauche passé au socialisme, Edgar Pisani fut un résistant actif pendant la Seconde Guerre mondiale. Benjamin de la préfectorale à 28 ans, il fut ensuite sénateur de Haute-Marne (1954-1958), puis ministre de l’Agriculture sous la présidence de Charles de Gaulle de 1961 à 1965 avant de devenir ministre de l’Equipement de 1966 à 1967.

« Un esprit visionnaire, un réformateur ardent »

Il se détacha de la majorité gaulliste en 1968, en votant notamment la censure au gouvernement, et se rapprocha ensuite des socialistes. Il fut élu député européen en 1979 puis nommé commissaire européen chargé du développement. Fin 1984, il devint délégué du gouvernement en Nouvelle Calédonie, puis ministre de ce territoire dans le gouvernement de Laurent Fabius. Il fut également président de l’Institut du monde arabe de 1988 à 1995.

>> A lire aussi : Le parcours singulier d'un grand serviteur de l'Etat

Dans un communiqué, le président François Hollande a rendu hommage à « un esprit visionnaire, un réformateur ardent et un républicain détaché des querelles partisanes », un « résistant courageux » qui « avait libéré Paris les armes à la main » et « fit le choix de se consacrer au service public ».

« Edgard Pisani croyait au progrès, à l’action politique, au dialogue des cultures. Sa longue expérience de l’Etat et sa haute stature morale en faisaient une voix écoutée au-delà de la France », souligne l’Elysée.

« Edgard Pisani était un grand réformateur, un grand républicain, un progressiste de ceux à qui nous devons la France moderne », a salué de son côté le Premier ministre Manuel Valls dans un tweet.