Decathlon porte plainte après la diffusion des vidéos d'un voyeur sur des sites pornographiques

FAITS DIVERS Decathlon a exigé le retrait immédiat des vidéos et porté plainte contre X...

Clémence Apetogbor

— 

L'entrée d'un magasin Décathlon
L'entrée d'un magasin Décathlon — PASCAL GEORGE / AFP

Des cabines d’essayage de Decathlon aux sites pornos. Comme révélé par BuzzFeed, une « personne malveillante » s’est bel et bien rendue dans un des magasins du groupe pour filmer, à leur insu, des clientes au cours de leur essayage, a indiqué la direction de la communication du groupe à 20 Minutes. Pire encore, reconnaît-elle : l’individu a ensuite diffusé des images volées de clientes sur des sites pornographiques. L’enseigne, qui a « bon espoir d’identifier dans les meilleurs délais l’individu », a porté plainte contre X.

La firme prévenue sur Twitter

C’est un internaute qui a donné l’alerte sur Twitter, lundi. « Des personnes mal-intentionnés (sic) s’amusent à filmer dans vos cabines du contenu (pédo ?) pornogra (phique) », tweete alors l’internaute à Decathlon.

Comme l’indique BuzzFeed, des paniers de la marque sont visibles sur les images volées, laissant peu de place au doute. L’entreprise a dès lors mené une enquête en interne et averti son service juridique.

Concernant le magasin dans lequel l’individu aurait sévi, le groupe nous a confirmé que les « traces digitales » laissées par l’individu permettaient d’affirmer que les faits s’étaient produits dans l’un de leurs magasins situés en Normandie (au nombre de 16).

L’individu bientôt identifié

En revanche, concernant la date à laquelle ces agissements ont commencé, « les avis divergent », souligne le groupe, alors que BuzzFeed indique que l’histoire aurait commencé il y a un an. « Decathlon opère une veille classique sur des réseaux classiques », précise la marque qui appartient au groupe Mulliez (Auchan, Kiabi, Leroy-Merlin, Flunch, etc.). « Ce temps de latence [entre la date probable de la diffusion et la réaction de la marque] est dû au type de sites sur lesquels de tels liens ont été postés. »

Selon les premiers éléments de l’enquête menée en interne par Decathlon, « qui condamne ces agissements », il ne s’agit pas d’un collaborateur du groupe mais bien d’une « personne malveillante qui est entrée » dans le magasin. Interrogée sur le fait que des mineurs puissent apparaître sur les images, la firme indique qu'« on peut imaginer que cette personne malveillante ait pu se livrer à de tels agissements sur des hommes ou des enfants ».

La direction de la communication nous a précisé avoir déposé plainte contre X ce mardi matin et demandé le retrait des vidéos publiées, qui pourrait prendre de 48 à 72 heures.