Des supporteurs de football affrontent la pluie dans la «fan-zone» de Paris le 12 juin 2016.
Des supporteurs de football affrontent la pluie dans la «fan-zone» de Paris le 12 juin 2016. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

DEPRIME

Météo : La première vague de chaleur arrive mercredi, pour l’été, il faudra patienter…

Après un printemps pourri, les premiers modèles météorologiques prévoient un été maussade…

La pluie ruisselle sur le trottoir parisien. Et la jeune femme jette un regard de dépit sur ses bottines d’hiver détrempées. « Tu te rends compte qu’on est en juin et que je n’ai pas encore pu mettre mes sandales ! » Elle devrait enfin pouvoir les sortir du placard ce mercredi. Après un printemps pourri, Météo France annonce l’arrivée d’une première vague de chaleur pour le milieu de la semaine.

Mercredi, c'est le jour des sandales.
Mercredi, c'est le jour des sandales. - Météo France

Ça tombe bien : c’est l’été ce lundi. Sur le calendrier officiel du moins. Car, pour ce qui est du ciel, mieux vaut encore rester prudent. « On ne peut pas dégager de scénario clair, indique Olivier Proust, prévisionniste à Météo France. Nos schémas prévoient pour l’instant un temps mitigé jusqu’à la fin du mois de juin. Avec tout de même cette première vague de chaleur mercredi. »

>> Météo : Comment se protéger de la foudre en ville ?

Et même dès mardi pour le sud du pays où le mercure pourrait grimper au-delà de la barre des 30°. Comme souvent, le nord sera, lui, un peu moins bien loti. « Il faudra attendre mercredi pour dépasser les valeurs normales de saison partout dans l’Hexagone, poursuit le prévisionniste. Mais cela sera suivi d’une vague d’orages dans un quart nord-ouest. »

Un mois de juillet « fluctuant », un mois d’août « maussade »…

Orage. Mais pas « ô désespoir » comme celui qu’ont connu les Français inondés fin mai. « Ce sera une dégradation classique, explique Olivier Proust. Nous n’avons pas d’alerte particulière pour le moment. » Il faut dire qu’on a déjà donné… Le bilan climatique du printemps réalisé par l’institut météorologique affiche un déficit d’ensoleillement de 10 à 20 % par rapport à d’habitude, une température inférieure de 0,3° à la normale et surtout une pluviométrie historique. Deux fois plus qu’un printemps classique dans le nord. Et même 70 % de plus en Ile-de-France.

Inondations à Souppes sur Loing, en Seine-et-Marne, le 4 juin 2016.
Inondations à Souppes sur Loing, en Seine-et-Marne, le 4 juin 2016. - ERIC DESSONS/JDD/SIPA

>> Intempéries : La pluie a battu des records en mai en France

Les images des villes sous l’eau ont fait le tour du monde et entamé un peu plus la patience des Français en déficit de luminosité. Les premiers schémas de Météo Consult ne sont pas de nature à les rassurer. S’il reste impossible de déterminer précisément la météo de l’été, les modèles penchent tout de même pour l’hypothèse d’un « été atypique ». Autrement dit, un mois de juillet « fluctuant » avec des températures de saison et un mois d’août « maussade » avec pluie et fraîcheur au programme. C’est vraiment une bonne idée de sortir les sandales mercredi. Rien n’indique qu’on pourra encore en profiter ensuite…