Policiers tués à Magnanville: Deux proches d'Abballa déférés devant la justice antiterroriste

ENQUETE La garde à vue du troisième homme a été levée sans poursuites à ce stade...

20 Minutes avec AFP

— 

Larossi Abballa, le meurtrier présumé d'un couple de policiers à Magnanville.
Larossi Abballa, le meurtrier présumé d'un couple de policiers à Magnanville. — STR / FACEBOOK / AFP

Deux des trois hommes arrêtés dans l’entourage de Larossi Abballa, le djihadiste qui a tué lundi soir un policier et sa compagne au nom du groupe Etat islamique, ont été déférés devant la justice antiterroriste en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, a annoncé samedi le parquet de Paris.

>> A lire aussi: Qui est Larossi Abballa, le meurtrier présumé?

Les deux suspects, âgés de 27 et 29 ans, avaient été condamnés avec Abballa en septembre 2013 au procès d'une filière d'envoi de jihadistes au Pakistan, ont précisé des sources judiciaire et proche de l'enquête. Le plus âgé des deux avait été arrêté dans ce pays. La garde à vue du troisième homme arrêté mardi, âgé de 44 ans, a été levée sans poursuites à ce stade de l'enquête, a précisé le parquet.

le petit garçon de trois ans, retrouvé indemne

Lundi peu après 20h, Abballa, 25 ans, a tué à coups de couteau Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans, commandant de police adjoint du commissariat des Mureaux, devant son domicile. Il a ensuite séquestré à l'intérieur du pavillon sa compagne Jessica Schneider, 36 ans, agent administratif du commissariat voisin de Mantes-la-Jolie, qu'il a égorgée, et leur petit garçon de trois ans, retrouvé indemne, mais dans un état de «sidération». Abballa, qui a déclaré durant les négociations avoir prêté allégeance au groupe Etat islamique, a été tué par les policiers d'élite.

Les enquêteurs tentent d'établir s'il a agi seul ou s'il a bénéficié de complicités dans la préparation, voire dans l'exécution de l'attaque. Autre question de l'enquête: comment le tireur a-t-il ciblé puis repéré sa victime ?