Supporters russes: Comment l'affaire a pris un tournant diplomatique

EURO 2016 Les incidents qui impliquaient des supporters russes s'est peu à peu transformé en un petit incident diplomatique. Vladimir Poutine s'est exprimé aujourd'hui sur l'affaire...

William Pereira

— 

Les hooligans russes ont défié les Anglais à Marseille.
Les hooligans russes ont défié les Anglais à Marseille. — Aline Weiss/SIPA

Et si l’Euro 2016 accouchait d’un incident diplomatique entre la France et la Russie ? S’il reste improbable que l’affaire prenne de telles proportions, il n’empêche que les politiques russes sont récemment montés au créneau après l’arrestation de supporters ayant participé aux affrontements du vendredi 10 juin, à Marseille. 20 Minutes revient sur la succession d’événements ayant provoqué la colère de la sphère politique russe.

>> A lire aussi : Enfin du football pour oublier les hooligans?

  • Affrontements entre supporters à Marseille puis arrestations

Ce qui était craint arriva. Anglais et Russes se sont croisés à Marseille et la cohabitation entre les deux camps à fini par dégénérer complètement. L’atmosphère était déjà tendue jeudi 9 et vendredi 10 juin, mais c’est bien samedi que des supporters russes fortement alcoolisés entrent en conflit avec leurs homologues anglais dans la cité phocéenne. Résultat, plusieurs dizaines de blessés, dont un grave. La victime, dont le crâne a été déformé, a fait deux arrêts cardiaques avant d’être réanimé par un CRS. Le conflit s’est étendu jusqu’aux tribunes du Vélodrome, où des Russes ont profité de la fragilité du cordon de sécurité pour charger le parcage anglais. 43 supporters russes contrôlés mardi 14 juin dans les Alpes-Maritimes, seront placés en garde à vue et entendus à Marseille, dans le cadre des incidents de la première semaine de compétition.

>> A lire aussi : La Russie convoque l'ambassadeur français et dénonce «l'attisement des sentiments antirusses»

  • Les encouragements d’Igor Lebedev

Si elle est vue d’un bon œil dans le pays organisateur, cette série d’arrestations n’est pas du goût de tout le monde en Russie. Ainsi, Igor Lebedev, membre du comité exécutif de l’Union russe du football a dit ne pas comprendre en quoi le fait que les hooligans russes frappent d’autres supporters puisse constituer un « un problème. » Et d’ajouter subtilement : « C’est même plutôt le contraire, bravo les gars. Continuez ! » Et puis, de toute manière, « ce qui s’est passé à Marseille et dans d’autres villes de France, ce n’est pas la faute des supporters mais de l’incapacité des autorités françaises à organiser [l’Euro 2016] », balance Igor Lebedev, dont on attend encore la réaction à l’expulsion de France du chef de file des supporters russes, Alexandre Chpryguine, qui s’avère être également le collaborateur du membre du comité exécutif de l’Union russe. Le monde est petit.

>> A lire aussi : La France lutte contre les hooligans

  • Serguei Lavrov ouvre la page diplomatique de l’incident

Après la mauvaise blague, les choses sérieuses. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a fustigé l’arrestation des 40 supporters qu’il juge « absolument inadmissible » avant de s’en prendre aux autorités françaises. Selon lui, celles-ci « étaient obligées, au moment où elles les ont arrêtés, d’informer l’ambassade ou le consulat général à Marseille. Cela n’a pas été fait », a-t-il ajouté. Serguei Lavrov s’est ensuite félicité de l’efficacité des diplomates russes, qui se sont alors « immédiatement rendus sur place et sont parvenus à déminer la situation. » Evidemment.

>> A lire aussi : Comment «200 supporters russes ont-ils pu passer à tabac plusieurs milliers d'Anglais», ironise Poutine

  • Vladimir Poutine s’interroge

Après son ministre, Vladimir Poutine a également apporté son grain de sel au chapitre diplomatique des arrestations effectuées par la police française dans le cadre des divers incidents observés en marge de l’Euro 2016. « Comment 200 supporters russes ont pu passer à tabac plusieurs milliers d’Anglais ? » s’interroge ironiquement le chef d’Etat russe. Il a en outre appelé les autorités françaises à appliquer la loi de la même manière pour tous les participants aux violences. « Dans tous les cas, la démarche des forces de l’ordre doit être la même envers toutes les violations », a-t-il dit, avant de regretter que l’on accorde « moins d’importance au football qu’aux bagarres de supporters ». Ironique.