Attentat d'Orlando: Des chiens en renfort pour soulager les victimes traumatisées

SANTE Ces Golden Retrievers venus de l’Illinois ont reçu une formation spéciale créée par l’église luthérienne américaine...

20 Minutes avec agences

— 

Depuis ce dimanche 12 juin 2016, les chiens de confort soutiennent les victimes traumatisées de la tuerie d'Orlando, aux Etats-Unis.
Depuis ce dimanche 12 juin 2016, les chiens de confort soutiennent les victimes traumatisées de la tuerie d'Orlando, aux Etats-Unis. — Curtis Compton/AP/SIPA

Depuis février 2008 et la fusillade sur le campus de l’université Northern Illinois, des chiens gérés par des organisations amércaines, en tête desquelles l’église luthérienne, sont de toutes les grandes tragédies qui frappent les Etats-Unis.

Des Golden Retrievers tout doux et tout gentils qui ont été formés pour soutenir et soulager les victimes et qui, depuis dimanche, ont donc logiquement rejoint une Orlando traumatisée parl’attaque dans la boîte gay Le Pulse a fait a fait 49 morts et 53 blessés.

 

 

Page Facebook et compte Twitter pour ces chiens stars

Là, s’ils passent leur temps allongés au sol, ils soulagent par leur seule présence tous ceux qu’ils croisent. Comme ces Américains venus en nombre mercredi soir au rassemblement en hommage aux victimes de la tuerie. Installés sur les marches de l’église Trinity Downtown, les toutous héritent de sourires et de caresses. Face à eux, les visages s’éclairent systématiquement, quel que soit l’âge.

 

 

A Orlando, ces chiens qui sont aujourd’hui des stars aux Etats-Unis (certains ont leur page Facebook, d’autres comme  Phoebe, leur Twitter) ont visité les trois hôpitaux. Outre les rescapés, ils y ont croisé les urgentistes, les ambulanciers et les médecins. Phoebe et ses amis ont aussi rencontré des familles de victimes.

 

« Ils n’aboient pas, ils ne mordent pas, ils ne lèchent pas »

Caresser un chien couché par terre, le geste paraît anodin. Mais pour un public traumatisé, il peut actionner des ressorts psychologiques insoupçonnés. « Ils se calment, leur rythme cardiaque ralentit et ils sont davantage disposés à parler », ce qui les aide à dépasser leur traumatisme, explique Tim Hetzner, président du Lutheran Church Charities (oeuvres de l’église luthérienne) et propriétaire des chiens.

 

 

« Ils n’aboient pas, ils ne mordent pas, ils ne lèchent pas. Cela nécessite un dressage au quotidien », explique encore Tim Hetzner, ajoutant que les toutous venus de l’Illinois appartiennent à la paroisse et sont soumis, dès 8 semaines, à un protocole de dressage de 12 à 14 mois. Ces Golden Retriever, connus pour leur caractère affectueux, sont aussi dressés par plusieurs personnes en même temps, pour s’habituer à multiplier les contacts.

Environ 120 Golden Retrievers œuvrent aujourd’hui dans 23 Etats

Tim Hetzner explique avoir eu cette idée de « chiens de confort », lors d’une mission de l’église luthérienne à la Nouvelle-Orléans, après le passage de l’ouragan Katrina. Nous sommes en 2005 et l’homme observe alors que les « personnes isolées préféraient mourir que de se séparer de leur animal ».

« Rester avec leur chien les aidait à se remettre », plaide celui qui se défend de tout prosélytisme et assure qu’environ 120 Golden Retrievers issus du programme œuvrent aujourd’hui dans 23 Etats. Et Tim Hetzner de conclure : « Nos chiens offrent leur affection sans limite, ils respectent la confidentialité, ils ne vous jugent pas. Combien avez-vous d’amis avec ces qualités-là tout le temps ? »