La caution de 500.000 euros en liquide était trop louche, le suspect doit retourner en prison

FAITS DIVERS Les 500.000 euros ont été versés en 1000 coupures de 500 euros...

20 Minutes avec AFP

— 

Les 500.000 euros en liquide ont éveillé les soupçons des enquêteurs.
Les 500.000 euros en liquide ont éveillé les soupçons des enquêteurs. — JAUBERT/SIPA

Pour être remis en liberté, Mehdi B. avait réussi à réunir 1.000 billets de 500 euros. Manque de chance, cette montagne de cash a suscité la suspicion du parquet. Résultat : il devra retourner en prison comme en a décidé la Cour d’appel de Lyon jeudi, au grand dam de sa défense. Originaire du quartier Mistral à Grenoble, cet homme de 30 ans est mis en examen pour trafic de stupéfiants, association de malfaiteurs et blanchiment en bande organisée.

Ses avocats avaient réclamé une remise en liberté à quelques mois de son procès, fixé à septembre. Le 27 mai, la justice a donné son aval à la condition dissuasive qu’il verse une caution de 500.000 euros. Or, quelques jours plus tard, 29 personnes se sont présentées à la régie du tribunal de grande instance de Lyon avec des sommes de 7.000 à 70.000 euros en billets de 500. Ce qui forcément éveille des soupçons, et notamment ceux du parquet, qui décide alors d’ouvrir une enquête pour blanchiment d’argent.

Il ne revient que si on lui rend la caution

Le parquet a également fait appel de la décision de le libérer. La cour d’appel lui a donné raison, estimant que les faits qui lui sont reprochés sont suffisamment graves pour qu’il reste en prison en attendant son procès. Un mandat d’arrêt a donc été émis à son encontre mais l’un de ses avocats, Me David Metaxas a prévenu que son client ne retournerait pas en prison tant que la caution ne serait pas restituée. « Mon client ne retournera pas en prison tant qu’il n’aura pas l’assurance que la caution soit rendue », déclaré l’avocat.

« Je ne comprends pas cet arrêt, d’autant qu’il avait respecté son contrôle judiciaire », a-t-il complété. « Cette décision est tellement incompréhensible qu’on va avoir du mal à faire preuve de pédagogie auprès de notre client », a réagi un autre de ses avocats, Me Ronald Gallo, qui assure avoir été en lien étroit avec lui depuis sa libération il y a quelques jours.