VIDEO. 14 juillet: Dans les coulisses des préparatifs du défilé aérien sur les Champs-Elysées

SOCIETE Les pilotes de l’armée ont débuté la préparation du défilé aérien du 14 juillet…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Illustration de l'armée de l'air française dans des hélicoptères leaders Fennec, le 09 juillet 2013.
Illustration de l'armée de l'air française dans des hélicoptères leaders Fennec, le 09 juillet 2013. — VINCENT WARTNER/20MINUTES

Objectif Champs-Elysées. Le défilé aérien du 14 juillet, ça ne s’improvise pas. Les pilotes de l’armée ont commencé les préparations bien en amont. 20 Minutes vous dévoile les coulisses du premier « brief » qui s’est déroulé le 9 juin, sur la base aérienne 107 de Villacoublay, dans les Yvelines. Au menu de cette journée de formation : réunion le matin avec les « équipages leaders » qui viennent des bases d’Istres, de Cazaux, d’Orléans ou encore de Nancy. L’après-midi est consacrée à la reconnaissance des axes autour et au-dessus de la capitale.

« Le défilé aérien du 14 juillet, c’est aussi important qu’une opération extérieure (en dehors du territoire national) », prévient le général Jean-Christophe Zimmermann, chargé de cette parade. Dans une salle de la base de Villacoublay, le numéro 2 de la défense aérienne donne ses instructions aux hommes du ciel. Avec environ 80 appareils volant parfois à moins de 10 mètres les uns des autres, il faut éviter l’accrochage tout en restant en formation. « Vous serez dans un espace extrêmement contraint, avec de nombreux aéronefs dans votre environnement immédiat. Pensez à la sécurité », prévient-il. Avant d’ajouter : « Rappelez-vous que la chronologie est à la seconde. Ce ne sera pas le moment de regarder le paysage ».

« Voler au-dessus de Paris est très, très rare »

Les pilotes briefés, place aux travaux pratiques l’après-midi, à bord d’hélicoptères. Parmi eux, le lieutenant-colonel Arnaud*, pilote de Mirage 2000 D et commandant d’un escadron de chasse sur la base de Nancy. A bord d’un Fennec, il cherche des yeux les points de repère au sol, emmagasine les informations données par le pilote d’hélicoptère, le lieutenant Denis.

Un hélicoptère Fennec au-dessus de Paris lors de la répétition du défilé du 14 Juillet, le 9 juillet 2013
Un hélicoptère Fennec au-dessus de Paris lors de la répétition du défilé du 14 Juillet, le 9 juillet 2013 - V. Wartner/20 Minutes

Après un passage au-dessus du parc du château de Versailles, se dressent les tours de la Défense. L’hélicoptère est alors à 300 mètres du sol. Se dressent ensuite les Champs-Elysées, l’obélisque de la Concorde, puis Le Louvre et sa pyramide de verre. Quelques secondes plus tard, la gare de Lyon est dépassée. Il est déjà temps de revenir vers la base en longeant le périphérique, avec la Tour Eiffel sur la droite.

>> A lire aussi : Euro 2016: L’armée de l’air veille sur le ciel de la compétition

Retour au sol. Aussi aguerris qu’ils puissent être, les pilotes en ont pris plein les yeux. « Voler au-dessus de Paris est très, très rare », confie Denis, le pilote d’hélicoptère. « Cela fait trois ans que je suis à Villacoublay, et c’est aussi la troisième fois que je passe sur la capitale ». Le commandant Arnaud, lui, attend le 14 juillet avec fierté mais aussi avec un pincement au cœur. « Ce défilé est une page qui se tourne, car je vais rendre mon commandement cet été », explique celui qui va bientôt rejoindre l’état-major. « Cette année sera mon premier défilé aérien. Mais j’ai déjà défilé en 1998 dans les troupes à pied, avec l’école de l’air. La boucle va être bouclée, 18 ans après. »

Illustration de l'armée de l'air française dans des hélicoptères leaders Fennec, le 09 juillet 2013.
Illustration de l'armée de l'air française dans des hélicoptères leaders Fennec, le 09 juillet 2013. - VINCENT WARTNER/20MINUTES

Deux autres répétitions du défilé aérien sont encore prévues avant le jour J. L’une a eu lieu fin juin à Châteaudun, avec, cette fois-ci, tous les aéronefs. Le dernier exercice, à Paris, est programmé quelques jours avant le 14 juillet. Les dates de ces entraînements dépendent… de la météo.

*Seuls les prénoms des pilotes ont été communiqués à 20 Minutes.