DSK en février 2015 à Lille.
DSK en février 2015 à Lille. — Christophe Ena/AP/SIPA

INFO «20 MINUTES»

Affaire du Carlton: DSK condamné au civil à 10.000 euros de dommages et intérêts

Le mouvement du Nid était la seule association à avoir fait appel du jugement rendu en juin à Lille...

C’est une victoire pour le Mouvement du Nid, qui vise à abolir la prostitution.  Dominique Strauss-Kahn a été condamné au civil ce jeudi 16 juin 2016 par la cour d’appel de Douai (Nord) à verser 10 000 euros de dommages et intérêts pour préjudice moral à l’association dans l’affaire dite du « Carlton de Lille ». Sept autres personnes impliquées dans l’affaire ont également été condamnées pour leur faute civile à hauteur de 10 000 euros pour préjudice moral. Ces derniers ainsi que DSK devront verser conjointement 2 000 euros pour préjudice matériel. L’ancien candidat à la primaire socialiste avait été  relaxé en juin 2015 par le tribunal correctionnel de Lille (Nord) aux côtés de treize autres prévenus jugés pour « proxénétisme aggravé » dans le cadre de cette affaire.

>> A lire aussi : Relaxe de Dominique Strauss-Kahn, épilogue de quatre ans de scandales sexuels

Lorraine Questiaux, chargée de mission des affaires juridiques du Mouvement du Nid souligne : « L’une des dispositions de la décision de la cour d’appel est particulièrement intéressante. Elle précise en effet que Dominique Strauss-Kahn ne pouvait ignorer la qualité de prostituées des femmes présentes lors des différentes soirées auxquelles il a participé ». Selon la décision consultée par 20 Minutes, la juridiction se justifie ainsi : « Si un silence certain était maintenu sur leur qualité de prostituées participant aux soirées où Dominique Strauss-Kahn était lui-même présent, il n’en demeure pas moins que ce dernier avait une parfaite connaissance de la présence de professionnelles ».

« Récréations festives »

Ces soirées libertines, que Dominique Strauss-Kahn appelait « récréations festives », avaient été qualifiées de « boucherie », « d’horreur » et « d’abattage » par Jade et Malika*, deux prostituées ayant témoigné lors du procès en première instance. Les avocats de l’ex-patron du FMI, Frédérique Baulieu, Richard Malka et Henri Leclerc ont fait savoir à 20 Minutes, qu’ils comptaient se pourvoir en cassation : « Il s’agit d’une décision qui retient une simple faute civile après une relaxe définitive qui n’est en aucun cas remise en cause. C’est juridiquement incompréhensible et nous allons saisir la Cour de la cassation ».

Le mouvement du Nid était la seule association à avoir fait appel du jugement rendu en juin à Lille. Lorraine Questiaux estimait à l’époque pour justifier le recours « que le comportement des prévenus a causé un préjudice aux personnes prostituées et donc aux associations qui les aident ».

* Les prénoms ont été changés.