Policiers tués dans les Yvelines: «Après moi, Larossi Abballa s’est rapproché de Dieu», confie son ex

TEMOIGNAGE Les deux jeunes gens, dont la relation a duré cinq ans, étaient restés proches après leur rupture...

Clémence Apetogbor
— 
Une photo tirée du compte Facebook non authentifié de Larossi Abballa, terroriste présumé qui a abattu deux policiers dans les Yvelines, le 14 juin 2016
Une photo tirée du compte Facebook non authentifié de Larossi Abballa, terroriste présumé qui a abattu deux policiers dans les Yvelines, le 14 juin 2016 — STR / FACEBOOK / AFP

Elle se présente comme la première et dernière petite amie de Larossi Abballa, auteur du double meurtre Magnanville.

La jeune femme, qui souhaite rester anonyme, s’est confiée à France Info et est revenue sur son histoire longue de cinq ans avec l’assassin.



« Il était normal »

Le couple se rencontre dans la cité des Musiciens aux Mureaux. Après cinq ans de relation, ils se séparent, mais restent très proches et échangent régulièrement par téléphone ou sur les réseaux sociaux, explique la radio.

« Après moi, explique la jeune fille, il y a eu la religion. Il s’est rapproché de Dieu, il a voulu faire ses prières correctement », explique la jeune femme, agent administratif dans une collectivité des Yvelines.

« Ca ne m’a pas effrayé parce qu’il était normal », poursuit-elle.

Et d’expliquer, « il me disait juste qu’il aimerait qu’un jour je devienne comme lui, que je porterai le voile. Mais à aucun moment il ne m’a jugée, ni n’a arrêté de parler avec moi parce que je n’étais pas voilée ou parce que j’avais un jean troué ou un cuir… A aucun moment. »

Leur dernier contact, trois jours avant l’attaque

Elle note toutefois un changement quand son ex-petit ami sort de prison. « Quand il est sorti de prison, il s’était beaucoup isolé, il préférait prendre ses distances et il avait changé d’amis ». Larossi Abballa avait notamment évoqué les attentats du 13 novembre : « Il me disait "Tu as vu comment les médias parlent de notre religion ? Ce ne sont pas de vrais musulmans qui ont fait ça… C’est du n’importe quoi !" »

L’ex-couple échange encore jusqu’à trois jours avant que Larossi Abballa ne commette le double meurtre. « Il m’a dit "Il faut que je te voie dix minutes et qu’on se parle", mais je ne pouvais pas. Je n’ai plus eu de nouvelles ensuite. Avant-hier, je l’ai rappelé, mais son numéro ne fonctionnait plus. Comme si sa ligne avait été résiliée. »

La jeune femme apprendra par la radio l’identité du meurtrier du couple de policiers.