Policiers tués dans les Yvelines: Larossi Abballa a ouvert un Facebook Live pour revendiquer les meurtres

TERRORISME Alors qu’il se trouvait encore au domicile du couple de policiers assassiné, le présumé terroriste a posté en direct une vidéo sur les réseaux sociaux…

H. B. avec AFP

— 

Image tirée le 14 juin 2016 d'une vidéo du site Aamaq News Agency montrant Larossi Abballa revendiquer les meurtres devant une caméra.
Image tirée le 14 juin 2016 d'une vidéo du site Aamaq News Agency montrant Larossi Abballa revendiquer les meurtres devant une caméra. — AFP

C’est une première dans la revendication d’une attaque terroriste. L’atroce meurtre du couple de policiers, ce lundi soir à Magnanville dans l’Essonne, a été revendiqué en direct sur les réseaux sociaux par le présumé djihadiste Larossi Abballa, qui avait fait allégeance à Daesh.

>> A lire aussi : Facebook coopère avec les autorités françaises après le meurtre des deux policiers

Après avoir poignardé à mort le policier en civil Jean-Baptiste Salvaing devant chez lui et égorger sa compagne Jessica Schneider, l’assaillant, calme et souriant, se met en scène dans une vidéo de 13 minutes filmée en direct à l’intérieur de la maison, et diffusée sur Facebook Live, l’outil de diffusion en direct du réseau social.

>> A lire aussi : Les forces de l'ordre, des cibles privilégiées pour Daesh

Un compte ouvert sous le pseudo « Mohamed Ali »

Sur la page de ce compte ouvert sous le pseudo « Mohamed Ali », Larossi Abballa « commence son enregistrement en prêtant allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, chef du groupe Etat islamique, puis il s’adresse aux musulmans leur affirmant que le djihad est obligatoire parce qu’il est défensif », rapporte le journaliste David Thomson qui a visionné l’enregistrement.

>> A lire aussi : «Rappeurs, journalistes, policiers», le terrorisme ciblé de Daesh

Filmé à l’intérieur de la maison de ses victimes alors que leur enfant de 3 ans s’y trouve encore, « il dit avoir tué un policier et sa femme ». Puis il enjoint « à attaquer des policiers, des journalistes, des personnalités publiques, des gardiens de prison et des rappeurs », poursuit le journaliste, précisant qu'« une dizaine de personnalités publiques » sont citées.

« Nous allons faire de l’Euro un cimetière », menace ensuite Larossi Abballa, quatre jours après le début de la compétition.

« La vidéo a été vue en direct par 98 personnes »

Puis, « il demande à ses 160 abonnés et plus particulièrement à ses contacts de l’EI de faire le communiqué de revendication de son attaque, ce qui explique la rapide revendication par l’EI via l’agence Amaq », explique David Thomson, qui faisait partie de ses abonnés sans le connaître personnellement.

>> A lire aussi : Pourquoi tant d'attaques terroristes?

Toujours sur ce compte Facebook, il a posté des photos de ses victimes, parmi lesquelles une photo du policier en tenue et une autre du corps de cette fonctionnaire du ministère de l’Intérieur.

Selon David Thomson, « la vidéo a été vue par 98 personnes avant d’être retirée 11 heures après sa diffusion ».