François Chérèque quitte l'Agence du service civique pour raisons de santé

SANTE L'ex-leader de la CFDT avait annoncé en septembre 2015 qu’il suspendait temporairement ses fonctions à l’Agence pour suivre un traitement de chimiothérapie...

20 Minutes avec AFP

— 

François Chérèque le 12 juillet 2015 à Paris
François Chérèque le 12 juillet 2015 à Paris — LOIC VENANCE / AFP

François Chérèque, ancien leader de la CFDT, quitte ses fonctions de président de l’Agence du service civique et de Haut-commissaire à l’engagement civique « pour raisons de santé », a fait savoir ce mercredi l’Agence.

Il « a décidé de mettre fin à ses fonctions pour des raisons de santé à compter de ce jour », a souligné l’Agence dans un communiqué.

Agé de 60 ans, François Chérèque avait annoncé en septembre 2015 qu’il suspendait temporairement ses fonctions à l’Agence pour suivre un traitement de chimiothérapie. En janvier, il avait indiqué vouloir reprendre progressivement ses activités et avait été présent lors des voeux de François Hollande le 11 janvier à la jeunesse et aux « forces de l’engagement ».

A la tête de la CFDT pendant dix ans

François Chérèque était président de l’Agence du service civique depuis le 1er janvier 2014 et avait été nommé à la tête du Haut-commissariat à l’engagement civique à sa création en avril 2016.

Il a dirigé pendant dix ans la CFDT, où il a conforté la culture de la négociation. Il avait gravi un à un les échelons du syndicat avant d’être élu à sa tête en mai 2002, au lendemain du revers électoral de la gauche, absente du second tour de l’élection présidentielle. Il a passé la main à Laurent Berger en novembre 2012, pour rejoindre l’Inspection générale des affaires sociales et être chargé du suivi du plan gouvernemental sur la pauvreté. Il avait aussi au même moment pris la présidence de Terra Nova, centre de réflexion proche du PS.

Valérie Fourneyron, ancienne ministre des Sports puis secrétaire d’Etat chargée du Commerce, contrainte de démissionner en juin 2014 en raison d’un syndrome méningé, lui a témoigné son soutien sur Twitter.

Le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner, en a fait de même.