Raffinerie Total de Feyzin: Les salariés votent la fin de la grève, les syndicats veulent la poursuivre

SOCIAL La raffinerie était bloquée en protestation contre la loi travail…

A.Ch. avec AFP

— 

Des salariés bloquent la raffinerie Total de Feyzin, le 23 mai 2016, pour protester contre le projet de loi travail.
Des salariés bloquent la raffinerie Total de Feyzin, le 23 mai 2016, pour protester contre le projet de loi travail. — JEFF PACHOUD / AFP

Le travail va reprendre à Feyzin (Rhône) : la majorité des salariés de la raffinerie Total ont voté à 80% en faveur d’une reprise de l’activité après un blocage en protestation contre la loi travail qui dure depuis le 20 mai. Le groupe pétrolier a annoncé ce mardi à l'AFP qu'il allait donner des consignes de redémarrage de la raffinerie. « Compte tenu de ce résultat sans ambiguïté, la direction va passer dans la foulée les consignes de redémarrage du site », a indiqué la direction dans une déclaration écrite.

Les syndicats ont néanmoins annoncé qu'ils allaient appeler à poursuivre la grève. La raffinerie Total de Feyzin «ne redémarre pas» et la grève se poursuit jusqu'à vendredi, ont assuré la CGT et FO après que la direction eut annoncé la fin du mouvement.

« Nous appelons au respect du vote »

Un porte-parole de Total a précisé que 250 salariés se sont prononcés en faveur de la reprise du travail, sur 292 votants. En tout, 470 salariés étaient en capacité de voter parmi les 600 membres du personnel. « Nous appelons au respect du vote démocratique de la majorité et à la reprise du travail », a insisté la direction, indiquant que le vote s'était fait lundi et mardi à la demande de salariés du site, sous le contrôle d'un huissier de justice.

Lundi, la CGT avait de son côté déclaré que la grève avait été reconduite jusqu'à vendredi à Feyzin, lors d'une assemblée générale contestée par la direction. Selon cette dernière, il y a désormais « deux possibilités: soit le vote démocratique est respecté, comme à Grandpuits, et la raffinerie redémarre; soit il y a un déni de démocratie, et le redémarrage voulu par les salariés sera confisqué par une minorité, comme à Donges », où la raffinerie Total est complètement arrêtée.