Jeux d’argent, filles et dettes: Un barman témoigne de la vie des frères Abdeslam et de Mohamed Abrini

TERRORISME L’homme qui travaillait pour eux dans leur café de Molenbeek témoigne…

A.Ch. avec AFP

— 

A Molenbeek, district de la commune de Bruxelles en Belgique, le 23 mars 2016.
A Molenbeek, district de la commune de Bruxelles en Belgique, le 23 mars 2016. — maury Miller / Hollandse Hoogte/ Sipa

Ils jouaient au poker, fumaient des joints, ne rechignaient pas pour boire une vodka et flambaient au casino. Les frères Abdeslam, impliqués dans les attentats de Paris et de Bruxelles, étaient les patrons du café « Les Béguines » à Molenbeek, dans la banlieue de Bruxelles. Leur ancien barman s’est confié à la télévision belge et révèle, dans un document diffusé ce mardi soir, de la vie que menaient les deux frères avant la fermeture du bar le 5 novembre dernier.

>> A lire aussi : Arrestation de Salah Abdeslam: Molenbeek, la planque parfaite?

« Rigoler, boire, aller voir des gonzesses »

Ils « vivaient du café », explique le barman qui témoigne à visage couvert. Selon lui, leur activité leur rapportait 5.000 euros par mois. « La machine [à sous, un bingo] faisait entrer 7.000 à 8.000 euros par mois. Moitié pour le placeur et moitié pour eux », précise l’ancien employé passé par la case prison pendant 6 ans. Malgré ces revenus confortables, les deux frères semblaient crouler sous les dettes et des factures restaient en souffrance. Peut-être à cause de leurs achats compulsifs : lorsqu’ils bradent leur bar pour 27.000 euros, ils flambent et passent une nuit entière dans un casino de Bruxelles.

Trois jours avant les attentats de Paris, le barman dit se souvenir de Brahim Abdeslam « en train de rigoler, de boire, d’aller voir des gonzesses ». Son frère Salah se serait lui caché pendant deux nuits dans le café pendant sa cavale : « On savait tous qu’il était à Molenbeek », dit l’ancien employé qui accuse Abdelhamid Abaaoud d’avoir entraîné Abdeslam et Abrini dans la sphère terroriste : « A cause de lui, beaucoup de jeunes du quartier de Molenbeek se sont retrouvés dans la merde, morts. Pour moi, c’est lui qui les a endoctrinés. »