Grève: La SNCF annonce l'ouverture à la signature d'un projet d'accord sur le temps de travail

NEGOCIATIONS Pour l'heure, les cheminots poursuivent leur mouvement de grève qui entre dans son septième jour consécutif...

Clémence Apetogbor

— 

La SNCF annonce une amélioration du trafic TER pour mardi malgré l'appel à la grève de deux organisations syndicales (CGT et Sud Rail). (Illustration)
La SNCF annonce une amélioration du trafic TER pour mardi malgré l'appel à la grève de deux organisations syndicales (CGT et Sud Rail). (Illustration) — G. VARELA /20 MINUTES

Les négociations auront été âpres. Mais après 19 heures de pourparlers entre direction et syndicats de la SNCF, l’entreprise a mis ce mardi à la signature un projet d’accord sur l’organisation du temps de travail, a indiqué à l’AFP un porte-parole de la SNCF.

>> A lire aussi : Le point sur les perturbations de ce mardi

« Un texte d’accord d’entreprise finalisé est ouvert à la signature jusqu’au 14 juin », a précisé la source.

« Plus aucune raison de faire grève », estime Pépy

Le président de la SNCF Guillaume Pepy a estimé ce mardi qu’avec le projet d’accord, il n’existait « plus aucune raison de faire grève pour aucun cheminot sur des motifs qui sont limités à la SNCF ».

« Ce projet d’accord, qui va être soumis à la signature des syndicats » d’ici au 14 juin, « doit permettre une sortie totale de la grève », a-t-il déclaré sur Europe 1.

La SNCF reste toutefois touchée ce mardi pour le septième jour consécutif par une grève à l’appel de la CGT et de SUD.

Le trafic toujours perturbé

Des perturbations sont donc encore à prévoir pour la journée de mardi. La SNCF s’attend à la circulation de 2 TGV sur 3, 6 TER sur 10, 1 Transilien sur 2, 4 Intercités sur 10.

>> A lire aussi : Le coût de la grève à la SNCF estimé à «plus de 20 millions d'euros par jour»

De son côté, le président de la République François Hollande a appelé solennellement à cesser les mouvements sociaux contre la Loi Travail. « Il y a un moment où, selon une formule célèbre, il faut savoir arrêter une grève », a déclaré au quotidien La Voix du Nord le chef de l’Etat, attendu mardi à Arras (Pas-de-Calais) pour la pose de la première pierre d’une usine pharmaceutique.

Le président de la SNCF Guillaume Pepy a estimé mardi qu’avec le projet d’accord sur l’organisation du temps de travail trouvé dans la nuit, il n’existait « plus aucune raison de faire grève pour aucun cheminot sur des motifs qui sont limités à la SNCF ».

« Ce projet d’accord, qui va être soumis à la signature des syndicats » d’ici au 14 juin, « doit permettre une sortie totale de la grève », a-t-il déclaré sur Europe 1.