Euro 2016: 82 des 3.500 chargés de la sécurité sont fichés S

SECURITE C’est ce qu’a découvert la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI)…

20 Minutes avec agence

— 

La fan-zone du Champ-de-Mars pourra accueillir jusqu'à 92.000 supporters.
La fan-zone du Champ-de-Mars pourra accueillir jusqu'à 92.000 supporters. — THOMAS COEX / AFP

Alors que la sécurité reste une question majeure de l'Euro 2016 de football en France, la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI) a fait une découverte préoccupante. 

Selon une note du 23 mai dernier, relayée par Le Point, sur les 3.500 employés des sociétés de sécurité privées mobilisés dans les stades et fan zones pendant l'événement, 82 sont fichés S.

Pas si inquiétant ?

C'est-à-dire qu'ils sont inscrits dans la base de données Christina, qui répertorie les personnes pouvant potentiellement porter atteinte à la sûreté de l'Etat ou participer à des actes terroristes. Les fichés S y sont inscrits, entre autres, pour islamisme radical ou des activités liées à la violence d'extrême gauche ou d'extrême droite.

Pourtant, selon les détracteurs de cette base de données, la situation ne serait pas aussi inquiétante qu'il n'y parait. D'après eux, tous les individus fichés S ne seraient pas de dangereux radicalisés.

Impossible d'être rayé

Ainsi, une personne serrant la main d'un individu identifié comme potentiellement menaçant serait par exemple ajoutée d'office à la liste. Ils pointent également du doigt le fait qu'une fois inscrit, il n'est plus possible d'être rayé du fichier. 

Pour rappel, en novembre dernier, Le Parisien avait révélé que la RATP était l'entreprise qui employait le plus de personnes faisant l'objet d'une fiche S.