Intempéries: Des «conséquences catastrophiques» pour la SNCF selon Guillaume Pepy

INONDATIONS Le président de la SNCF appelle également les grévistes à cesser leur mouvement « en solidarité » avec les victimes…

20 Minutes avec AFP

— 

La station Musée d'Orsay sur la ligne C du RER, est fermée, le 3 juin 2016 à Paris.
La station Musée d'Orsay sur la ligne C du RER, est fermée, le 3 juin 2016 à Paris. — AFP

Les dégâts causés par les inondations vont coûter cher, notamment pour la SNCF. Les « conséquences » pour le réseau ferroviaire sont « catastrophiques », a confirmé ce vendredi après-midi Guillaume Pepy, le président de la SNCF. Les dégâts se compteront selon lui en dizaines de millions d’euros.

« Les intempéries ont des conséquences très rudes sur le réseau et la vie des usagers, il y a plus d’une trentaine de points sur le réseau sur lesquelles les équipes de SNCF Réseau sont en intervention, certaines prendront au moins une semaine », a-t-il dit.

>> A lire aussi : Inondations, crues... Quel impact pour l'économie francilienne?

Une suspension de la grève au nom de la « solidarité »

Par exemple, la circulation sur la voie Paris-Versailles, la ligne N du Transilien, « ne reprendra que vendredi prochain au plus tôt » en raison d’un affaissement à la hauteur de Clamart (Hauts-de-Seine), a-t-il indiqué. Même délai pour la réouverture d’un tronçon Sud du RER D, où en raison de « cinq glissements de terrain sur un kilomètre, il y a 50.000 tonnes de matériaux à déblayer ».

>> A lire aussi : Les dommages estimés à 600 millions d'euros

Guillaume Pepy a également déclaré qu’il souhaitait la suspension de la grève au sein de l’entreprise publique, au nom de la « solidarité » avec les Français qui subissent les conséquences des intempéries. « Avec ce qui se passe, on a besoin en ce moment à la SNCF de tout le monde », a affirmé le dirigeant d’entreprise. « Je sais qu’à la SNCF, les cheminots sont capables de mettre un instant leur drapeau dans la poche, par solidarité ».

Interrogé en outre sur une éventuelle démission en raison de divergences avec le gouvernement, alors qu’une réunion de négociation ultime sur le travail des cheminots est prévue lundi, Guillaume Pepy a répondu : « Je suis à mon poste avec les équipes, et à fond ».