Attentats de Paris: L'un des «chauffeurs» de Salah Abdeslam pourra être transféré en France

JUSTICE Hamza Attou est suspecté d'avoir aidé Abdeslam dans sa fuite après les attentats du 13 novembre...

M.C. avec AFP
— 
Photo d'archives de Salah Abdeslam, diffusée le 15 novembre 2015 par la police française dans le cadre d'un appel à témoins.
Photo d'archives de Salah Abdeslam, diffusée le 15 novembre 2015 par la police française dans le cadre d'un appel à témoins. — POLICE NATIONALE / AFP

Dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015, les deux hommes ont reçu un appel de Salah Abdeslam, qui se trouvait à ce moment-là à Paris et leur a demandé de venir le chercher, parce que sa voiture était en panne.  Hamza Attou et Mohammed Amri se sont rendus à Paris puis ont ramené Abdeslam à Bruxelles.

>> A lire aussi : Un journaliste retrouve par hasard une vidéo de Salah Abdeslam

Aujourd'hui, Hamza Attou, suspecté d'avoir aidé Abdeslam dans sa fuite après les attentats du 13 novembre, peut être transféré en France pour y être jugé, selon l'agence de presse belge Belga. Attou s'était opposé à son transfert mais la chambre du conseil de Bruxelles a donné son feu vert, à la condition qu'il purge sa peine éventuelle en Belgique. En France, il est pour l'heure uniquement soupçonné d'avoir aidé Salah Abdeslam, a précisé l'agence Belga.

 

Inculpés en Belgique

Fin avril dernier, la justice française a émis un mandat d'arrêt européen à son encontre, ainsi qu'à celle de Mohamed Amri, Mohamed Bakkali et d'Ali Oulkadi, trois autres suspects dans le cadre de l'enquête sur les attentats qui ont été arrêtés, puis demandé leur remise à la France.

Hamza Attou et Mohamed Amri, qui avaient été contrôlés à trois reprises par la police française cette nuit-là, mais pas été interpellés, ont finalement été arrêtés le 14 novembre à Molenbeek, dans la banlieue de Bruxelles. Les deux hommes ont été inculpés en Belgique pour participation aux activités d'un groupe terroriste et assassinats dans un cadre terroriste.

Ali Oulkadi, un Français de Molenbeek de 31 ans, avait lui véhiculé Abdeslam dans Bruxelles le lendemain des attentats. Il le connaissait car il était «un des meilleurs amis» de son frère aîné Brahim, qui s'est fait exploser sur la terrasse d'un bar dans l'Est parisien le 13 novembre. On ignore encore quand tombera la décision quant au transfert de Mohamed Amri, Mohamed Bakkali et Ali Oulkadi.