Intempéries: La Seine-et-Marne dernier département a être en vigilance rouge

METEO Depuis dimanche et le début de l’épisode pluvieux, les secours ont effectué 10.000 interventions…

Clémence Apetogbor

— 

Le centre-ville de Nemours a été enseveli par les eaux
Le centre-ville de Nemours a été enseveli par les eaux — DOMINIQUE FAGET / AFP

Ce jeudi, le temps s’annonce encore très pluvieux avec de courtes éclaircies dans le sud, selon le dernier bulletin de Météo France. Ces nouvelles pluies laissent craindre une aggravation des crues exceptionnelles qui touchent depuis plusieurs jours la France. Alors que selon le ministère de l’Intérieur, 10 537 interventions ont eu lieu en métropole et 5 500 personnes ont été évacuées, 20 Minutes fait le point sur la situation.

Les départements en alerte inondations :

  • La Seine-et-Marne est toujours en alerte rougeinondations.
  • Six départements d’Ile-de-France et du Centre étaient en vigilance orange (Essonne, Loiret, Indre-et-Loire, Cher, Loir-et-Cher, Indre).

D’importants dégâts en Seine-et-Marne :

Le Premier ministre Manuel Valls doit se rendre ce jeudi matin à Nemours (Seine-et-Marne), qui s’est retrouvé coupé en deux par les eaux. « Le centre-ville est totalement sous l’eau, tous les commerces sont détruits », a déploré la maire de la ville, Valérie Lacroute.

  • Trois mille personnes ont été évacuées de Nemours vers des centres d’hébergement.

>> A lire aussi : «On a évacué un peu tout le monde», raconte le prof de canoë de Nemours

  • A Nemours, la ministre de l’Environnement Ségolène Royal a déclaré que l’état de catastrophe naturelle allait « être reconnu », alors que la présidente du conseil régional d’Ile-de-France Valérie Pécresse (LR) a annoncé qu’elle proposerait un fonds d’urgence d’un million d’euros pour les communes franciliennes sinistrées.
  • « Il s’agit d’une crue exceptionnelle, supérieure à la crue de 1910 », a prévenu Météo France. Les cours dans les établissements scolaires ont été suspendus dans 80 communes du « secteur critique du Loing », affluent de la Seine.
  • A Souppes-sur-Loing (Seine-et-Marne), le corps d’une femme de 86 ans a été découvert dans son pavillon inondé mais l’enquête devra déterminer les causes du décès.
  • Près de 10 000 foyers ont été privés d’électricité dans les trois départements du Loiret, de la Seine-et-Marne et des Yvelines, selon Enedis (anciennement ERDF), qui a déployé plusieurs centaines de techniciens et des dizaines de groupes électrogènes.

La Seine continue de monter à Paris :

  • A Paris, une partie des voies sur berges a été fermée. La Seine avait déjà atteint 4,45 m à 22 h mercredi et trempait les pieds du zouave du pont de l’Alma, célèbre statue qui sert de repère aux Parisiens. Lors de la crue historique de 1910, il avait eu de l’eau jusqu’aux épaules (8,62 m).
  • La Seine va continuer à monter et pourrait atteindre le week-end prochain dans la capitale un pic, entre 5,10 et 5,70 m, une situation qui « nécessite une vigilance particulière », a prévenu la mairie.

Des perturbations dans les transports :

  • Les inondations ont causé des perturbations dans les transports franciliens (RER B, D, E et Tramway), déjà affectés par une grève contre le projet de loi Travail.
  • Aucun train Transilien, intercités ou TER ne circulait ainsi entre Paris-Montparnasse et Versailles-Chantiers, la SNCF espérant « un retour à la normale » d’ici à lundi.
  • Mercredi, l’accès à Orléans par voie routière comme ferroviaire était difficile. L’A10 était fermée sur de larges portions.