Les infos du matin: Benzema accuse Deschamps, des Français les pieds dans l'eau, Baupin se défend

RECAP' «20 Minutes» compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin...

N.Beu.

— 

Didier Deschamps avec Karim Benzema et Olivier Giroud pendant la Coupe du monde au Brésil, le 12 juin 2014.
Didier Deschamps avec Karim Benzema et Olivier Giroud pendant la Coupe du monde au Brésil, le 12 juin 2014. — Christophe Ena/AP/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Des Français les pieds dans l’eau

De nombreuses localités du centre et de l’est de la France ont les pieds dans l’eau ce mercredi matin, en raison de la crue exceptionnelle de plusieurs cours d’eau. Le département du Loiret est toujours placé en alerte rouge « inondations ». Le Loir-et-Cher, la Seine-et-Marne ainsi que la Meuse, la Meurthe-et-Moselle et la Moselle restent placés en vigilance orange « inondations ». Les quelque 300 pompiers mobilisés ont procédé à plus de 2.000 interventions depuis le début des intempéries.

Benzema accuse Deschamps

Pour Karim Benzema, Didier Deschamps a « cédé à la pression d’une partie raciste de la France » en ne le retenant pas pour l’Euro 2016. L’attaquant du Real Madrid, meilleur buteur en activité de l’équipe de France, déclaré non sélectionnable en raison de sa mise en examen dans l’affaire du chantage à la sextape contre Mathieu Valbuena, appuie son propos dans une interview au quotidien sportif espagnol Marca de mercredi en rappelant les récents succès électoraux en France du Front national, qu’il qualifie de « parti extrémiste ».

Baupin n'est pas « le DSK des Verts »

Après trois semaines de tempête médiatique, Denis Baupin  s’est exprimé pour la première fois sur les accusations de harcèlement sexuel qui pèsent sur lui. Dans les colonnes de L’Obs, le député écologiste a rejeté en bloc ces allégations. « Je le dis très clairement : j’affirme de toute ma vie n’avoir jamais commis de harcèlement sexuel ni d’agression sexuelle », affirme Denis Baupin, interrogé sur les témoignages recueillis par Mediapart et France Inter. « Je ne me considère pas comme le DSK des verts », assène celui qui a démissionné du vice-président de l’Assemblée nationale.