La mère de deux enfants retrouvés morts regrette que l'Alerte enlèvement n'ait pas été déclenchée

SECURITE Aucun dispositif de recherches n’a été lancé pour retrouver les enfants de Corinne Serre, âgés de 8 et 9 ans…

20 Minutes avec AFP

— 

Vue en date du 28 août 2012 à Paris du site internet du ministère de la Justice présentant le dispositif "Alerte enlèvement"
Vue en date du 28 août 2012 à Paris du site internet du ministère de la Justice présentant le dispositif "Alerte enlèvement" — Thomas Coex AFP

Ce dimanche, les autorités ont utilisé pour la 17e fois le dispositif d’Alerte enlèvement pour retrouver avec succès trois enfants disparus dans le Rhône. Une procédure exceptionnelle dont aurait souhaité bénéficier une mère, dont les deux enfants ont été retrouvés morts, carbonisés dans un camping-car avec leur père la semaine dernière en Auvergne.

Vendredi 20 mai, dans le Puy-de-Dôme, Corinne Serre confie ses enfants de 8 et 9 ans à leur père qui en avait la garde pour le week-end. Le père devait lui ramener les enfants le dimanche à 17h et, à 17h, rien. « Il ne répondait plus à mes SMS. J’ai refait le 17 et on m’a dit de patienter… qu’il les ramènerait sûrement à l’école le lundi matin », explique-t-elle. « J’ai foncé à la gendarmerie avec les photos et les immatriculations, mais l’Alerte enlèvement n’a jamais été lancée » et, ensuite, « on est venu m’annoncer la mort de mes petits », raconte la mère de famille au quotidien La Montagne.

>> A lire aussi : Le plan «Alerte Enlèvement», dispositif efficace d'alerte massive et immédiate

Plusieurs critères doivent être réunis

Lundi 23 mai, les pompiers découvraient en effet les corps du père et des enfants dans un camping-car incendié à Puy-Saint-Gulmier.

« On est toujours dans l’hypothèse que c’est le père qui s’est suicidé, entraînant avec lui ses deux enfants », a déclaré ce mardi le procureur de la République à Clermont-Ferrand, Pierre Sennès, en précisant qu’il recevrait prochainement la mère.

L’Alerte enlèvement, qui consiste à lancer en cas de rapt d’enfant mineur une alerte massive via une cinquantaine de canaux de diffusion, est activée uniquement si plusieurs critères sont réunis. Il faut un enlèvement avéré et pas une simple disparition ; la victime doit être mineure et son intégrité physique ou sa vie doivent être en danger ; enfin des éléments d’information doivent permettre de localiser l’enfant.