Italie: Un pizzaïolo autorisé à verser sa pension alimentaire en pizzas

JUSTICE Nicola Toso devait «verser» tout de même environ 36 calzones et autres reines par mois pour atteindre la somme de 300 euros mensuelle...

20 Minutes avec agence

— 

1,3 milliard de pizzas ont été consommées en France en 2011.
1,3 milliard de pizzas ont été consommées en France en 2011. — HOFFMANN/CARO FOTOS/SIPA

Pas en escalope milanaise, ni en pâtes. Mais c’est bien en pizzas, que Nicola Toso, pizzaïolo de profession, a été autorisé à verser les 300 euros de pension alimentaire mensuelle qu’il devait à son ex-épouse en pizzas, soit tout de même environ 36 pizzas par mois.

Crise financière et trois autres enfants

Calzones, quatre fromages et autres reines ont remplacé chèques et virements et ceci de manière totalement légale puisque le tribunal de Padoue (nord de l’Italie) a choisi cette option pour permettre à ce père de famille de 50 ans de subvenir aux besoins de Nicoletta Zuin et de sa fille.

 

>> A lire aussi : Tout savoir sur la garantie contre les impayés de pensions alimentaires

 

Si Nicola Toso, divorcé en 2002, pouvait jusqu’ici verser sa pension de 300 euros, la crise financière et trois autres enfants ont rendu les fins de mois de ce pizzaïolo difficiles. Le divorcé avait donc décidé, entre 2008 et 2010, de payer sa pension en pizzas gratuites. Ce qui n’a pas été au goût de son ex-femme qui a poursuivi Nicola en justice pour « non-paiement », rapporte le quotidien italien Il Gazzettino.

La jeune fille a depuis décidé de retourner vivre avec son père

Après un procès-fleuve, le tribunal de Padoue est allé finalement dans le sens du père dans l’impossibilité d’honorer son dû. Nous étions en 2011. Et si l’affaire ressort aujourd’hui, c’est parce que l'information vient d'être repérée par un journaliste qui épluchait les archives judiciaires et surtout, parce que la jeune fille a depuis décidé de retourner vivre avec son père.

C’est donc au tour Nicoletta de payer une pension à son ex-mari. Selon le journal britannique The Telegraph, elle réclamerait la possibilité de la verser en nature. L’histoire ne dit pas si l’Italienne a opté pour le tiramisu ou les spaghettis carbonara.

 

>> A lire aussi : Un client poursuit son avocat qui lui reproche de l’avoir rémunéré en pizzas