20 Minutes : Actualités et infos en direct
ENQUETEHomme blessé à la tête: Le Défenseur des droits ouvre une enquête

Homme blessé à la tête: Le Défenseur des droits ouvre une enquête

ENQUETEUn jeune homme de 28 ans, journaliste indépendant, a été grièvement blessé à la tempe jeudi dernier à l’issue d’une manifestation contre la loi Travail…
Un homme a été blessé à la tempe gauche par un éclat de grenade tiré par la police, jeudi soir.
Un homme a été blessé à la tempe gauche par un éclat de grenade tiré par la police, jeudi soir.  - Capture d'écran / Twitter
Céline Boff

C.B.

Dans quelles circonstances un jeune homme de 28 ans a-t-il été blessé à la tête par les forces de l’ordre le 28 mai dernier, lors de la manifestation parisienne contre la loi Travail ?

Jacques Toubon, le Défenseur des droits, souhaite le savoir. Et a donc décidé de se saisir d’office de cette affaire. L’homme grièvement blessé à la tête, qui est un journaliste indépendant, s’était effondré après le jet par les forces de police d’une grenade de désencerclement, comme l’avait montré une vidéo, devenue virale sur les réseaux.

Des circonstances qui « restent à préciser »

Ces images montraient des CRS longeant un muret, puis l’un d’entre eux jetant une grenade sur la chaussée occupée par des manifestants, avant que ne s’effondre le jeune homme, la tempe en sang. Ce serait l’interpellation d’un lycéen qui aurait mis le feu aux poudres : des manifestants se seraient rassemblés pour demander sa libération. Les CRS auraient alors répliqué par des tirs de grenades lacrymogènes et de grenades de désencerclement.

« Au-delà des images filmées par certains témoins de la scène », écrit Jacques Toubon, les circonstances dans lesquelles est survenue la blessure du jeune homme « restent à préciser ».

Le Défenseur des droits pourra-t-il réaliser son enquête ? Rappelons que son intervention est subordonnée à l’accord de la victime et à celui du parquet de Paris, qui doit lui adresser une autorisation d’instruire cette affaire. En tout cas, il y aura bien une enquête administrative de l’Inspection générale de la police nationale, qui a été saisie jeudi dernier par le ministère de l’Intérieur.

« Les conditions d’utilisation de la grenade ont bien été respectées »

En attendant, le syndicat Alternative Police CFDT, prenant acte de l’ouverture d’une enquête par le Défenseur des droits, « appelle à la plus grande prudence sur les tenants et les aboutissants de ce malheureux accident d’autant qu’une enquête IGPN est déjà ouverte ».

Il affirme détenir « les morceaux vidéo de cette affaire avant, pendant et après les faits » et ajoute les tenir « à la disposition du Défenseur des droits en toute transparence ». Le syndicat ajoute que pour sa part, « il semble qu’il n’y ait aucun doute : les conditions d’utilisation de la grenade ont bien été respectées ».

Sujets liés