Foudre à Paris: «Un autre enfant était en arrêt cardiaque. Il avait le visage bleu», raconte un pompier

SAUVETAGE L'intervention rapide du pompier en repos Pascal Grémillot a été décisive...

T.L.G.

— 

 Pascal Grémillot, premier pompier arrivé sur les lieux.
Pascal Grémillot, premier pompier arrivé sur les lieux. — Le Parisien TV

Il est des héros du quotidien. Pascal Grémillot, 50 ans, est de ces hommes-là. « Ce que j’ai réalisé, tout le monde aurait pu le faire. Je n’ai fait que mon travail », assure-t-il pourtant.

Samedi après-midi, 11 personnes, dont huit enfants de 7 à 8 ans, ont été blessées par la foudre, dont une grièvement, au parc Monceau à Paris lors d’un orage. Tous ont pu compter sur la réactivité du commandant à la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), qui passait par là.

« J’étais boulevard Malesherbes lorsque j’ai aperçu une femme paniquée en train de courir. Elle voulait emprunter mon portable. J’ai tout de suite compris que la foudre était tombée sur le parc », raconte-t-il au Parisien. « J’ai repéré un groupe de neuf personnes à terre, surtout des enfants. Deux adultes se tenaient encore debout mais ils étaient complètement choqués, hébétés, incapables de réagir. Eux aussi avaient été foudroyés. En fait j’avais face à moi onze victimes. »

>> A lire aussi : Foudre au parc Monceau: cinq personnes toujours hospitalisées

« Un enfant avait le visage bleu »

Il poursuit. « L’état d’un des papas m’a inquiété. Même s’il a réussi à se lever pour se déplacer, j’ai remarqué à son comportement qu’il était grièvement atteint. Je l’ai couché par terre. Un des enfants était limite, mais il est rapidement revenu à lui. En revanche, j’ai constaté qu’un autre enfant était en arrêt cardiaque. Il avait le visage bleu. »

Le pompier prodigue les premiers soins. « J’ai confirmé qu’il n’avait plus de pouls. J’ai essayé de l’insuffler par deux fois en procédant au bouche-à-bouche mais sans succès. J’ai donc commencé un massage cardiaque. » Autour de lui, les enfants blessés et choqués sont en pleurs. Lui poursuit le massage, et appelle l’état-major des pompiers pour préciser la gravité du bilan.

Cinq des onze personnes toujours à l’hôpital

Lorsque les secours arrivent, Pascal sent battre de nouveau le cœur de l’enfant sous ses mains. Il laisse la place aux médecins et trouve un lieu pour installer un poste médical avancé. « Ce sont des gestes de base que tout secouriste est capable de faire. C’est pourquoi j’encourage tous les citoyens à s’inscrire dans des formations », indique-t-il, humblement au quotidien francilien.

Cinq des 11 personnes blessées par la foudre samedi au parc Monceau étaient toujours hospitalisées dimanche après-midi, les six autres ayant pu sortir de l’hôpital. L’AP-HP s’est refusée à toute autre précision.