Loi travail: 67% des Français ont une mauvaise opinion du leader de la CGT, Philippe Martinez

SONDAGE Deux personnes sur trois craignent une paralysie total du pays comme en 1995...

20 Minutes avec AFP

— 

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, le 9 avril 2014 à Paris.
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, le 9 avril 2014 à Paris. — ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA

Les Français sont divisés sur la loi travail mais moins sur ses opposants. Près de sept personnes sur dix (67%) ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, en première ligne contre le projet de loi travail, selon un sondage Odoxa pour Le Parisien/Aujourd'hui en France dimanche.

>> A lire aussi : 46% des Français souhaitent le retrait du projet

A la question, quelle opinion avez-vous à l'égard de Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT ? 67% des personnes interrogées ont répondu «mauvaise» et 33% «bonne». Chez les sympathisants de gauche, ils sont 53% à avoir une «bonne» opinion du leader syndicaliste, contre 47% une «mauvaise» opinion.

«Politisé», «éloigné des réalités des entreprises», «pas ouvert au dialogue»

Le secrétaire général de la CGT est perçu unanimement comme un contestataire (84 %), politisé (75 %), éloigné des réalités des entreprises (54 %), pas ouvert au dialogue (65%) et pas compétent (58 %). Enfin, 62% voit en lui, le principal opposant à François Hollande.

>> A lire aussi : Les patrons de presse dénoncent la pression «scandaleuse» de la CGT

Concernant la CGT, 63% des sondés ont une «mauvaise» opinion du syndicat, 37% une «bonne». Chez les sympathisants de gauche, ils sont 52% à avoir une «bonne opinion» du syndicat contre 48%, une «mauvaise». Ils sont 58% à ne pas faire confiance à l'action de la CGT pour défendre les intérêts des salariés, contre 42%.

Toujours dans le sondage, à la question, vous, personnellement soutenez-vous le mouvement d'opposition à la loi travail, 53% des personnes interrogées répondent «non», 47% affirment le contraire. Enfin, 66% des sondés craignent une paralysie total du pays comme en 1995, 34% ne la craignent pas.

Sondage réalisé par internet les 26 et 27 mai auprès d'un échantillon de 1.018 personnes représentatif de la population française, âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).