Pénurie de carburant: Manuel Valls reçoit les pétroliers et transporteurs

DIALOGUE Pétroliers et transporteurs sont reçus à Matignon ce matin...

20 Minutes avec AFP

— 

Manuel Valls a reçu à Matignon les organisations étudiantes et lycéennes le 11 mars 2016
Manuel Valls a reçu à Matignon les organisations étudiantes et lycéennes le 11 mars 2016 — THOMAS SAMSON / AFP

Des discussions qui s'annoncent tendues. Manuel Valls a promis de poursuivre les déblocages avant de recevoir ce samedi à Matignon les pétroliers et les transporteurs pour faire le point sur l’approvisionnement en carburant, perturbé par la fronde contre la loi Travail.

L’objectif de la réunion prévue en fin de matinée à Matignon est de « faire le point sur la situation de l’approvisionnement en carburants, les actions entreprises et celles planifiées ».

Parmi ces actions, les agriculteurs ont obtenu une dérogation pour utiliser du fioul domestique dans leurs tracteurs. Les hôteliers et restaurateurs se sont aussi alarmés d'« annulations importantes » à Paris et dans le Grand Ouest, en raison des mouvements de grève et des problèmes de carburant de ces derniers jours.

« Pas de retrait » de l’article 2

Dans ce contexte, Manuel Valls a laissé la « porte ouverte » à des discussions sur la loi Travail, mais s’est empressé de réitérer qu’il ne toucherait pas à l’article 2. « Il n’y aura pas de retrait du texte, pas de retrait de l’article 2 qui vise à décentraliser le dialogue social parce que c’est le coeur de ce texte de loi », a répété le Premier ministre.

>> A lire aussi : Valls répète qu'il ira «jusqu'au bout» sur la loi Travail et son contesté article 2

Sur le territoie,tous les pétroliers bloqués ont été libérés, à l’exception d’un seul (Gargenville dans les Yvelines), avait indiqué ce vendredi le secrétariat d’Etat aux Transports. En revanche, six des huit raffineries du pays étaient toujours à l’arrêt ou au ralenti.

La situation s’améliore à la pompe

Du côté des stations-service, la situation s’est améliorée depuis jeudi. Chez Total un peu moins d’un tiers des 2.200 stations étaient en difficulté. Dans le nord-ouest, la préfecture de l’Eure signale une « très nette amélioration des stocks de carburants ».

Les opposants à la loi Travail sont loin de baisser les bras. L’intersyndicale (CGT, FO, Solidaires, FSU, Unef, Fidl, UNL) a ainsi appelé « à poursuivre et amplifier les mobilisations », avant la prochaine journée nationale d’action le 14 juin.

>> A lire aussi : Pourquoi la CFDT défend-elle l’article 2 du projet de loi?

En attendant, la grève a été reconduite jusqu’à lundi aux terminaux pétroliers du Havre qui alimentent Orly et Roissy en kérosène. Mais le gouvernement a imposé un service minimum, permettant une reprise partielle des expéditions d’hydrocarbures.