Valls répète qu'il ira «jusqu'au bout» sur la loi travail et son contesté article 2

SOCIAL «La violence m'inquiète, il y a de la radicalité dans la société», note le Premier ministre...

20 Minutes avec AFP

— 

Manuel Valls à Munich, le 13 février 2016.
Manuel Valls à Munich, le 13 février 2016. — Matthias Schrader/AP/SIPA

Manuel Valls ira «jusqu'au bout». Alors que la loi travail et son article 2 sont toujours contestés par des syndicats et une partie de la gauche, le Premier ministre répète samedi dans Le Parisienqu'il ne reculera pas. 

>> A lire aussi : Le geste violent d'un policier vivement critiqué sur les réseaux sociaux

«Ma porte est toujours ouverte, je suis toujours prêt à la discussion», assure-t-il face à des lecteurs d'Aujourd'hui en France/Le Parisien. «Mais quand un texte a été discuté, qu'il a suscité des compromis avec les partenaires sociaux, qu'il a été adopté à l'Assemblée nationale, je considère que ma responsabilité, c'est d'aller jusqu'au bout», ajoute le chef du gouvernement.

«Je ne pense pas que le mouvement va s'amplifier»

Le Premier ministre assure ne pas avoir de «problème avec la CGT, ni avec Philippe Martinez». «Mais la CGT demande le retrait du texte, elle a fait le choix d'une stratégie très dure et de l'impasse», regrette-t-il. «Il n'y aura pas de retrait du texte, pas de retrait de l'article 2 qui vise à décentraliser le dialogue social parce que c'est le coeur de ce texte de loi», dit une nouvelle fois Manuel Valls au sujet de cet article sur les accords d'entreprise qui cristallise les mécontentements.

«Je ne pense pas que le mouvement va s'amplifier, mais je reste prudent car je ne fais pas la météo sociale. Cependant, la violence m'inquiète, il y a de la radicalité dans la société», fait aussi valoir le Premier ministre. «Ma responsabilité comme chef du gouvernement, dit-il, c'est de faire en sorte que les Français puisent s'approvisionner en essence, que les entreprises ne soient pas pénalisées par des blocages». «Donc nous continuerons avec détermination à évacuer». Il recevra samedi matin les représentants des pétroliers et des transporteurs.