VIDEO. Loi travail: L'IGPN saisie après des coups donnés par un policier à Caen

ENQUETE Une vidéo montre le policier donner des coups de matraque et un coup de pied à un homme à terre pendant une manifestation houleuse...

M.C. avec AFP

— 

Un homme a été frappé par un policier lors d'une manifestation à Caen.
Un homme a été frappé par un policier lors d'une manifestation à Caen. — Normandie Actu

Coups de matraques à un homme à terre. L'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la police des polices, a été saisie vendredi après une plainte déposée à Caen par un homme qui a été frappé jeudi par un policier lors d'une manifestation, a-t-on appris vendredi auprès du parquet.

Le site Normandie-Actu a diffusé une vidéo de cette scène que la députée du Calvados Isabelle Attard (ex-EELV) a retweetée. Un policier y donne des coups de matraque et un coup de pied à un homme à terre pendant une manifestation houleuse.

«Il ne m'appartient pas de porter une qualification à ces images. C'est au procureur de le faire après enquête de l'IGPN», a déclaré le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) Jean-François Papineau.

>> A lire aussi : Le geste violent d'un policier vivement critiqué sur les réseaux sociaux

Le policier «qui est quelqu'un de très conscient avait déjà rendu compte» de ces coups lorsque la plainte a été déposée, a-t-il ajouté, soulignant que des «rappels réguliers à la déontologie» étaient effectués auprès des policiers. «A ce moment-là» avait lieu «une manifestation sauvage (...) organisée par des individus qui avaient quelque chose en tête puisqu'ils étaient masqués», a poursuivi Jean-François Papineau.

«Représailles policières démesurées»

Lors de cette manifestation survenue dans la foulée d'une manifestation autorisée contre la loi travail, les forces de l'ordre ont eu recours à des gaz lacrymogènes «en légitime défense», a assuré le directeur de la sécurité publique (DDSP). Selon lui, des «individus avaient» auparavant «jeté des pierres, avec des frondes pour certains» sur les forces de l'ordre et une policière en a reçu une sur la visière de son casque.

>> A lire aussi : Un manifestant blessé jeudi à Paris, la police des polices saisie

Des enquêtes sont en cours «pour identifier les personnes qui ont participé» à ces faits, a déclaré le directeur départemental en réponse à la question de savoir si le plaignant avait été vu jetant des pierres. Selon la préfecture, 300 personnes ont participé à cette manifestation non déclarée. Selon Jean-François Papineau, «plusieurs dizaines avaient le visage masqué».

Cette vidéo «est dans la droite ligne de ce que nous dénonçons depuis 15 jours. Aujourd'hui, on a des preuves. On sait de source sûre qu'une grande partie des policiers sont contre ces tabassages», a affirmé Franck Mérouze, secrétaire de l'union locale CGT de Caen. Il a réclamé à nouveau le limogeage de Jean-François Papineau, comme il l'avait fait le 19 mai dans un communiqué qui dénonçait des «représailles policières démesurées».