Les infos immanquables: Moutons pas sages, institutrice condamnée et l'article 2 défendu par la CFDT

ACTUALITE Ce qu'il ne fallait pas manquer dans l'actualité de ce vendredi 27 mai...

Armelle Le Goff

— 

Des moutons dans un stand le 27 février 2016 au Salon de l'Agriculture à Paris
Des moutons dans un stand le 27 février 2016 au Salon de l'Agriculture à Paris — JOEL SAGET AFP

Ça y est, c’est vendredi. Du coup, dans la perspective d’un week-end de folie, vous n’avez rien suivi de l’actu. Voici un petit récapitulatif (nom de code :les immanquables) pour ne pas passer le week-end complètement à la ramasse.

L’article le plus partagé du jour :Des moutons probablement défoncés au cannabis sèment la pagaille dans une ville du Pays-de-Galles

Very bad troupeau. Des moutons ont semé la zizanie dans les rues de Rhydypandy, petite commune du Pays-de-Galles, rapporte le Daily Mail. « Ils entrent dans les jardins des particuliers, ils ont même réussi à entrer dans un bungalow et ont semé la pagaille dans une chambre », détaille Ioan Richard, conseiller régional.

L’article le plus lu du jour : Une institutrice condamnée pour violences sur 11 élèves de maternelle

L’affaire avait éclaté au début de l’été 2015, quand des parents avaient constaté que le comportement de leurs enfants, âgés de 3 à 5 ans, se dégradait (peur irrationnelle, refus de manger, terreurs nocturnes, draps souillés…).

Une directrice d’école de Haute-Vienne a été reconnue coupable de violences physiques et psychologiques sur onze élèves de maternelle et condamnée ce vendredi en appel à Limoges à 12 mois de prison avec sursis. Elle a également été condamnée à cinq ans d’interdiction d’exercer une profession en lien avec des enfants.

L’article à lire du jour : Pourquoi la CFDT défend-elle l’article 2 du projet de loi Travail ?

Il cristallise la colère des syndicats contestataires. Il faut dire que l’article 2 du projet de loi El Khomri vient donner un nouveau droit aux patrons : celui de négocier, pour leurs salariés, des conditions moins favorables que celles prévues par la branche, mais aussi par la loi. Cette « inversion de la hiérarchie des normes » est insupportable pour la CGT ou encore pour FO… Mais pas pour la CFDT. Pourquoi ? 20 Minutes  fait le point sur la position de l’organisation réformatrice.