Attentats de novembre: Jawad Bendaoud, le «logeur», pourrait éviter les assises

JUSTICE Le «logeur» d’Abdelhamid Abaaoud pourrait être jugé devant un tribunal correctionnel...

M.C.
— 
Jawad Bendaoud reste 24h de plus en garde à vue.
Jawad Bendaoud reste 24h de plus en garde à vue. — Image BFMTV

Un allégement des poursuites contre « le logeur » d’Abdelhamid Abaaoud ? Jawad Bendaoud, dont l’appartement à Saint-Denis avait servi de planque au coordonnateur présumé des attentats du 13 novembre, ainsi qu’à sa cousine Hasna Aït Boulhacen et au kamikaze Chakib Akrouh, est mis en examen notamment pour « association de malfaiteurs criminelle en relation avec une entreprise terroriste ». Mais d’après les informations du Parisien, les faits reprochés à l’homme dont la France entière s’était moquée après ses déclarations aux journalistes le 18 novembre 2015 pourraient prochainement être requalifiés.

Le juge d’instruction Christophe Tessier, en charge des attentats, envisagerait ainsi, « s’il n’y avait pas de nouveaux éléments », de poursuivre Jawad Bendaoud « simplement » pour des faits de « recel de malfaiteurs ». Il serait alors jugé devant un tribunal correctionnel et non devant une cour d’assises.

Jawad Bendaoud, déjà condamné pour homicide involontaire en 2008, cherche depuis son arrestation lors de l’opération policière à Saint-Denis à prouver son innocence. Fin mars, il avait envoyé aux juges d’instruction un virulent courrier en ce sens : « J’ai vu Abaaoud [cerveau présumé des attentats] moins de dix minutes vous croyez que je suis profiler pour savoir ce qu’il a fait avant d’arriver chez moi », protestait-il, rappelant avoir « consommé de la coke et du shit en quantité » ce jour-là. Quant aux explosifs, « la seule fois où j’en ai vu (…), c’est dans des films d’action ».