Le CHU de Reims, où se trouve Vincent Lambert, le 27 juin 2015.
Le CHU de Reims, où se trouve Vincent Lambert, le 27 juin 2015. — AFP

JUSTICE

Fin de vie: Vers la reprise d’une procédure collégiale pour faire cesser les soins de Vincent Lambert

La cour administrative d’appel de Nancy (Meurthe-et-Moselle) doit examiner, ce jeudi, la requête du neveu de Vincent Lambert qui souhaite « le laisser partir »…

« Ça va enfin bouger ! », lâche un fin connaisseur du dossier. Huit ans après l’accident de la route qui l’a plongé dans un état végétatif, Vincent Lambert pourrait voir, ce jeudi, son sort évoluer à l’occasion d’une audience devant la cour administrative d’appel de Nancy (Meurthe-et-Moselle).

C’est François Lambert, le neveu du patient, qui l’a saisie après avoir été débouté, en octobre 2015, devant le tribunal administratif de Reims (Marne). Il réclame toujours la même chose. « Que les traitements subis par Vincent soient enfin arrêtés comme l’avaient permis les décisions du Conseil d’Etat puis de la Cour européenne des droits de l’homme », rappelle celui-ci à 20 Minutes.

>> A lire aussi: Affaire Vincent Lambert: quels sont les différents degrés de conscience après un traumatisme?

Une « injonction » donnée au docteur Daniela Simon

Selon nos informations, le rapporteur public ne devrait pas plaider, ce jeudi à la cour d’appel, en faveur d’une décision aussi tranchée. Mais il devrait donner raison à François Lambert, demandant l’infirmation du jugement de première instance et qu’une « injonction » soit donnée au médecin qui traite le patient de « reprendre une procédure collégiale » en vue d’un éventuel arrêt des soins.

Autrement dit, que le docteur Daniela Simon réunisse à nouveau toute la famille et les professionnels de la santé pour savoir si oui, ou non, il est temps de laisser partir son patient au cœur d’une bataille familiale. Une procédure qu’elle avait initiée en juillet 2015 avant de tout laisser tomber en raison des « nombreuses pressions » dans ce dossier.

Les parents réclament toujours son transfert

« Nous sommes assez surpris par ces conclusions, réagit auprès de 20 Minutes Jean Paillot, l’avocat des parents de Vincent Lambert qui se battent, eux, pour le maintien en vie de leur fils. Reprendre une procédure collégiale ne règlerait rien de notre point de vue. Il faut d’abord, à nos yeux, que Vincent soit transféré dans un autre établissement et confié aux soins d’une autre équipe médicale. Le docteur Simon n’est pas impartial, selon nous. »

En matière de procédure administrative, les conclusions du rapporteur public sont suivies par la cour dans la majorité des dossiers. La décision devrait être mise en délibéré.