Code de la route: La Poste et SGS vont bientôt pouvoir faire passer l'examen

CONDUITE 160 agents, qui officieront en plus de leurs missions de facteurs ou guichetiers, ont déjà été formés pour accueillir les candidats…

20 Minutes avec AFP

— 

L'examen du code de la route (illustration).
L'examen du code de la route (illustration). — KONRAD K./SIPA

C’est une petite révolution. La Poste et le groupe d’inspection et de certification SGS ont obtenu leur agrément pour pouvoir faire passer l’examen du code de la route.

A partir du 13 juin, les candidats au premier examen de France (1,4 million de personnes par an) pourront donc passer leur code dans le bureau d’un conseiller financier de La Poste ou dans un centre de contrôle technique automobile dépendant du groupe SGS.

>> A lire aussi : Des employés de Poste vont devenir inspecteurs du permis de conduire

Neuf centres d’examen à la Poste

Cette externalisation s’inscrit dans le cadre de la réforme du permis de conduire engagée en juin 2014 dont la visée est d’en réduire les délais. En confiant la surveillance de l’examen du code à des opérateurs privés et non plus aux inspecteurs du permis de conduire, le gouvernement souhaite que ces derniers se consacrent avant tout à l’épreuve de la conduite.

La Poste ouvrira neuf centres d’examen le 13 juin, pour une couverture espérée dans l’ensemble des départements à l’automne et l’objectif de 300 centres d’examen à la fin de l’année. SGS proposera 13 sites dans un premier temps, avec un calendrier visant 350 à 400 centres fin 2016.

>> A lire aussi : Chute du taux de réussite au Code de la route: D'où vient le problème?

A La Poste, les candidats passeront l’examen collectivement (mais jamais plus de 18 personnes simultanément) dans des salles de réunion ou de formation du groupe, ou individuellement dans des bureaux des conseillers financiers mis à disposition. Cent soixante agents, qui officieront en plus de leurs missions de facteurs ou guichetiers, ont d’ores et déjà été formés pour accueillir, vérifier l’identité des candidats et surveiller les épreuves. Ce contingent devrait atteindre 400 d’ici la fin de l’été.