VIDEO. Violences: Que sait-on de la voiture de police incendiée à Paris?

VIOLENCES Après quatre manifestants mercredi, une cinquième personne a été placée en garde à vue ce jeudi matin…

H. B. avec AFP

— 

Une voiture de police a été incendiée en marge d'une manifestation contre la «anti-flics» à Paris le 18 mai 2016.
Une voiture de police a été incendiée en marge d'une manifestation contre la «anti-flics» à Paris le 18 mai 2016. — Thibauld MALTERRE / AFP

Les faits sont d’une extrême gravité, a expliqué ce jeudi matin Manuel Valls. Après l’incendie d’une voiture de police ce mercredi en marge du cortège de la manifestation des policiers, le parquet a décidé d’ouvrir une enquête pour tentative d’ homicide volontaire. Cinq hommes ont été placés en garde à vue.

  • Quel est le contexte ?

L’incident a eu lieu ce mercredi en marge de la manifestation des policiers pour dénoncer la « haine anti-flics » place de la République. Sur cette même place, des « contre-manifestants » dénonçant les violences policières s’étaient réunis en début de matinée, aux cris, notamment de « flics, porcs, assassins », avant d’être chassés de la place par les forces de l’ordre car la manifestation a été interdite entre-temps. Ils remontent sur le quai de Valmy (10e) tandis qu’une voiture de police descend le même quai vers la place de la République. C’est là que la voiture des fonctionnaires se retrouve encerclée par une quinzaine de « contre-manifestants ».

  • Que s’est-il passé ?

Alors que la circulation semble plutôt au ralenti quai de Valmy, la voiture de police est prise pour cible par des casseurs. Les images montrent un déchaînement de violence important contre le véhicule, attaqué à coup de barre de fer et de mobilier urbain, pour faire nexploser les vitres et pare-brise, puis incendier le véhicule à l’aide des engins incendiaires. Les deux policiers ont pu sortir in extremis. Ils sont légèrement blessés et souffrent de contusions.

>> A lire aussi : Le sang-froid exemplaire du policier dont la voiture a été incendiée

  • Qui sont les agresseurs ?

Une enquête pour tentative d’homicide a été ouverte par le parquet de Paris. Au total, cinq personnes ont été interpellées : quatre dès mercredi soir et une cinquième ce jeudi matin. Trois sont âgés de 18 à 21 ans. Ils ont été placés en garde à vue mercredi soir, a annoncé le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, promettant que « d’autres » arrestations allaient venir. L’homme interpellé et placé en garde à vue jeudi matin est âgé de 32 ans.

Parmi les quatre hommes arrêtés mercredi, trois avaient « fait l’objet de la part de la préfecture de police de Paris d’une interdiction de paraître dans les manifestations ». L’un de ces trois arrêtés avait été « cassé par le tribunal administratif » ce mardi, a précisé une source policière. Selon Bernard Cazeneuve, « ils étaient connus pour appartenir à des organisations qui prônaient la violence dans les manifestations ».

  • Qui sont les policiers visés ?

L’un des policiers, le conducteur, est sorti de la voiture pour faire face à l’un de ses agresseurs qui l’attaque avec une barre de fer, avec un sacré sang froid. Les images ont déjà fait le tour du web et le policier en question, sa réaction flegmatique surtout, est citée en exemple. On sait qu’il a été légèrement blessé mais pour l’instant, on ne sait pas grand chose sur son identité. L’autre fonctionnaire est une femme, elle aussi est légèrement blessée.

  • Quelles sont les réactions ?

Manuel Valls demande des sanctions « implacables » contre ceux « qui veulent se payer un flic ». Le préfet de police de Paris, Michel Cadot, a lui dénoncé dès mercredi une attaque « particulièrement choquante », « qui marque une escalade dans la violence gratuite et brutale » contre les forces de l’ordre.