Rémunération des patrons: La CGT dénonce l'augmentation du PDG de Capgemini

ENTREPRISES Paul Hermelin s’apprête à demander une augmentation de 18 %, soit une somme de 100.000 euros, alors que les salariés ne seront augmentés que de 1 %…

H. B.

— 

Le Pdg de Cap Gemini, Paul Hermelin, le 27 avril 2015 lors d'une conférence de presse à Paris
Le Pdg de Cap Gemini, Paul Hermelin, le 27 avril 2015 lors d'une conférence de presse à Paris — Kenzo Tribouillard AFP

Après la polémique sur la rémunération de Carlos Tavares et Carlos Ghosn, respectivement patrons de PSA et de Renault, c’est au tour du PDG de Capgemini de s’attirer les foudres des syndicats. L’augmentation de salaire de Paul Hermelin, à la tête du groupe, a en effet du mal à passer auprès de la CGT. Le patron s’apprête à demander une hausse de rémunération de 18 %… contre une hausse de seulement 1 % pour les salariés, indique France Info.

« Pour comparer simplement, pour monsieur Hermelin ça représente 100.000 euros par mois d’augmentation, et pour un salarié moyen, 22 euros brut », a dénoncé le délégué CGT Thierry Achaintre sur France Info.

« Les salariés méritent beaucoup plus »

Une situation d’autant plus condamnable que l’entreprise Capgemini se porte bien. « L’année 2015 aura enregistré des résultats exceptionnels pour le groupe. Le bénéfice net a ainsi doublé, passant à 1,1 Md€ », explique la CGT. « Les salariés méritent beaucoup plus que cette maigre augmentation », déplore Thierry Achaintre.

>> A lire aussi : La hausse de salaire de Carlos Tavares fait grincer des dents

Pour protester, la CGT de Capgemini appelle ainsi à un rassemblement ce mercredi matin de 8h30 à 14 heures devant le pavillon d’Armenonville, avenue de Longchamp à Paris, où se déroulera l’assemblée générale des actionnaires.

Après Emmanuel Macron, François Hollande avait menacé ce mardi les organisations patronales, au nom de « l’exigence morale », d’une modification de la loi si « rien ne se faisait » au sujet de la rémunération des dirigeants d’entreprises. « A la loi d’intervenir pour des règles plus simples, plus claires », a déclaré le président de la République.