Commémorations de Verdun: «Il ne fallait pas annuler le concert de Black M», selon Benoist Apparu

POLEMIQUE Il met aussi en cause le gouvernement, qui a, selon lui, retiré son financement au dernier moment...

M.P.

— 

Benoist Apparu le 24 septembre 2013 à Paris
Benoist Apparu le 24 septembre 2013 à Paris — WITT/SIPA

Black M a trouvé un allié inattendu. Déprogrammé des commémorations du centenaire de Verdun après une polémique déclenchée par l'extrême droite, le rappeur avait dit sa déception, lui qui est un petit-fils de tirailleur sénégalais. Si la ministre de la Culture, Audrey Azoulay a pris sa défense, il a aussi trouvé du soutien du côté de l'élu de droite Benoist Apparu. 

«Je pense qu'il ne fallait pas annuler ce concert. On ne cède pas à des pressions de l’extrême droite mais aussi du gouvernement qui, la veille de l'annulation, a retiré son financement. Il y avait 250.000 euros de financement prévu, il y a eu un recul du gouvernement, poussant à l'annulation du concert», a fait valoir le député-maire LR de Chalôns-en-Champagne sur Europe 1.

« Pas la meilleure symbolique qui soit»

Dans une chanson de 2010 du groupe Sexion d’AssautBlack M chante un couplet à propos de la France, dans lequel, s’adressant à ses parents, il dit : « J’me sens coupable/Quand j’vois tout ce que vous a fait ce pays kouffar ». « Kouffar » est un terme péjoratif, qui signifie « mécréants », utilisé par des groupes djihadistes pour désigner les Occidentaux. Et c'est en s'appuyant sur ces paroles que l'extrême droite et une partie de la droite a fait campagne pour obtenir l'annulation du concert.

Interrogé sur le sujet, Benoist Apparu a nuancé: «La question de l'invitation est d'une autre nature. Je pense que l'invitation dans le cadre de cérémonie liée à la Première Guerre mondiale n'est peut-être la meilleure symbolique qui soit. Ce n'est pas une erreur, mais il y a un décalage entre le chanteur et la symbolique des commémorations. Mais après on ne cède pas. Céder, c'est capituler.»