Sécurité: Quand un sénateur propose de contrôler en priorité les musulmans

POLITIQUE C'est ce que préconise le sénateur Jean-Louis Masson, qui a déposé ce jeudi une proposition d'amendement...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration. Police nationale.
Illustration. Police nationale. — SIPA

« Dans la mesure où la totalité des attentats terroristes récents sont le fait de musulmans extrémistes, il est normal que, dans un but de dissuasion (…), on contrôle plutôt les personnes de cette religion que les personnes d’autres religions ».

Cibler « en priorité » certains « milieux »

Jean-Louis Masson, sénateur divers droite, a déposé ce jeudi une proposition d’amendement de l’article 1 de la loi sur les contrôles d’identité abusifs qui oblige les forces de l’ordre à « fonder les contrôles d’identités sur des motifs objectifs et individualisés ».

Le parlementaire de la Moselle demande la suppression de cet article en expliquant qu’il restreint « inutilement les pouvoirs de la police », pour qui il devrait par ailleurs être normal de cibler « en priorité les milieux où statistiquement il y a le plus de chance d’aboutir ».

>> A lire aussi : Contrôle au faciès: Un rapport dénonce de nombreux abus

Idem pour le trafic de drogue

Un raisonnement que Jean-Louis Masson applique aussi au trafic de drogue, qui devrait être combattu en contrôlant en priorité « des personnes qui se promènent en survêtement avec une capuche », comme le note Europe 1.

La Ligue Internationale contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA) ne partage pas la vision que le sénateur qualifie de « question de bon sens ». L’organisation, qui a révélé l’affaire en rendant public le texte de la proposition de Jean-Louis Masson, parle sur Twitter d’« un amendement AHURISSANT de bêtise et de racisme ».