Nanterre: Des people et des footballeurs soupçonnés d'être impliqués dans une fraude au permis de conduire

ENQUETE Ils auraient acheté leur permis entre 2.000 et 8.000 euros grâce à la complicité d’un gérant d’auto-école…

H. B.
— 
Illustration permis de conduire. Paris le 15 septembre 2013.
Illustration permis de conduire. Paris le 15 septembre 2013. — A. Gelebart / 20 Minutes

Scandale chez les people ? Une vaste affaire de fraude au permis de conduire aurait été démantelée par la police judiciaire des Hauts-de-Seine, selon Le Parisien ce vendredi. Près de 300 personnes seraient impliquées, et pas n’importe qui ! Les noms de plusieurs personnalités connues sont cités, notamment ceux des vedettes du petit écran comme le chroniqueur de Canal + Ali Baddou, mais aussi des sportifs comme Samir Nasri, footballeur de Manchester City, Jérémy Ménez du Milan AC ou encore Layvin Kurzawa, défenseur du PSG.

Tous sont soupçonnés d’avoir acheté leur permis de conduire grâce à la complicité d’un gérant d’auto-école. Le précieux papier rose leur était facturé en 2.000 et 8.000 euros.

Le mari de la chanteuse Amel Bent en garde à vue

Selon Le Parisien, trois agents de la préfecture de Nanterre et le gérant d’une auto-école de Neuilly, Patrick Antonelli, également connu pour être le mari de la chanteuse Amel Bent, seraient à l’origine de cette fraude. Ils ont été mis en examen vendredi matin pour corruption, a indiqué le parquet à l'Agence France Presse. Patrick Antonelli et l'un des fonctionnaires de la préfecture ont été placés dans la soirée en détention provisoire, selon le parquet, tandis que les deux autres fonctionnaires sont restés libres sous contrôle judiciaire.

Patrick Antonelli, 39 ans, aurait servi de rabatteur pour attirer des stars du show-biz et les agents de la préfecture auraient été quant à eux chargés de réaliser les documents factices. Les bénéficiaires obtenaient le permis sans passer l’examen, la somme déboursée étant ensuite équitablement répartie entre le dirigeant des auto-écoles et les fonctionnaires qui délivraient le permis. Le trafic aurait duré plus d’un an, de l’automne 2013 au printemps 2015. Le parquet n’a pas encore déterminé s’il entendait poursuivre les titulaires des permis frauduleux.