Jackpot du vendredi 13: Comment gagner au Loto sans perdre ses potes dans la foulée

CHANCE Le fait de rafler la mise transforme non seulement le mode de vie des chanceux, mais aussi leurs relations avec leur entourage…

Delphine Bancaud

— 

Un buraliste d'Hatten (Bas-Rhin), où un gagnant a remporté 70 millions, le 14 mars 1998.
AFP PHOTO / Eric Feferberg
Un buraliste d'Hatten (Bas-Rhin), où un gagnant a remporté 70 millions, le 14 mars 1998. AFP PHOTO / Eric Feferberg — AFP

Ce vendredi, la vie de quelques chanceux va prendre un tour nouveau, grâce au jackpot exceptionnel de 15 millions d’euros mis en jeu par la Française des Jeux pour célébrer les 40 ans du Loto. Notamment parce que le rapport à leur entourage va forcément changer sous le coup de cette nouvelle donne financière.

Digérer la nouvelle avant d’en parler

Ce bouleversement démarre avec l’annonce de la grande nouvelle. Première question qui se pose alors pour les gagnants : doivent-ils faire part de leur coup de chance à leur entourage ? Et qui doit être dans la confidence ?

Pour les aider dans leur réflexion, la Française des Jeux leur propose depuis 1993 un accompagnement. Ce Service organise entre autres, des groupes de parole qui abordent l’incidence du gain sur les relations familiales et amicales. « Nous conseillons d’abord aux gagnants de digérer la nouvelle avant d’en parler », explique Olivia Miray-Jacta, responsable du service relations gagnants à la Française des Jeux.

Se taire pour éviter les jalousies

Mais certains veinards préfèrent dissimuler la nouvelle pour se préserver des éventuelles jalousies et tenter de garder le même cap de vie. « Si les relations familiales n’étaient pas au beau fixe avant ce coup de chance, le gagnant aura tendance à taire sa nouvelle fortune », constate la sociologue Monique Pinçon-Charlot, coauteur de l’ouvrage Les Millionnaires de la chance*.

Certains vont même jusqu’à déménager pour cacher à leurs voisins leur luxueuse voiture et leur nouvelle maison. D’autres ne dévoilent qu’une partie de la vérité à leur entourage. « Je me souviens d’un couple de dockers qui avait gagné 15 millions et qui a conservé le même mode de vie. Ils se sont seulement acheté un camping-car de luxe et ont parlé à leur entourage d’un petit gain pour justifier cet achat », raconte Monique Pinçon-Charlot. « Des gagnants choisissent aussi de mentir à leurs enfants par crainte que ça les démotive à l’école », constate également Vincent Mongaillard, auteur du livre qui vient de paraître Les millionnaires du loto**.

Le dire, mais à quelques confidents

Reste qu’il n’est pas facile de taire une telle nouvelle, car elle metles gagnants en porte-à-faux vis-à-vis de leur entourage. C’est d’ailleurs pour cela que la majorité des veinards mettent des proches dans la confidence.

« Nous leur conseillons d’ailleurs de le faire, car leur entourage va forcément se poser des questions en constatant des achats importants ou de nouvelles habitudes. En revanche, nous leur recommandons de ne pas révéler le montant du gain et de ne pas le dire aux enfants et aux adolescents », indique Olivia Miray-Jacta.

Cadrer sa générosité

Cette vérité heureuse révélée, les gagnants décident généralement de gâter leur entourage. « C’est un réflexe qui vient naturellement chez ceux qui avaient une relation bien construite avec leurs proches avant le gain », observe Monique Pinçon-Charlot.

« Ils offrent des beaux cadeaux,des vacances ou des fêtes. Mais nous leur apprenons à cadrer leur générosité en définissant clairement à qui ils vont donner, combien et à quelles occasions. Et aussi à dire non », souligne Olivia Miray-Jacta.

Pas évident pourtant pour eux de savoir comment se comporter avec leur entourage. « Ils n’arrivent pas toujours à déterminer jusqu’où ils doivent aller dans la générosité. Quand ils sont invités à un anniversaire par exemple, c’est délicat de savoir quel cadeau faire. Car si celui-ci est modeste, on va leur reprocher, et s’il est de luxe, il risque de balayer les cadeaux des autres convives », constate Monique Pinçon-Charlot.

La difficulté de conserver des relations équilibrées

Car dans de nombreux cas, l’argent complique les relations. « Un gain au loto comme un héritage, peut révéler ou exacerber des tensions familiales », observe la sociologue. Des jalousies naissent et les proches se comportent comme si les gagnants se devaient d’être généreux dans toutes les occasions.

« Certains amis deviennent exigeants et leur reprochent, par exemple, de n’apporter qu’une bouteille de champagne lorsqu’ils sont invités à dîner. Mais ils ne veulent pas devenir des pompes à fric », relève Vincent Mongaillard.

Des réactions qui suscitent chez certains gagnants un sentiment de culpabilité, surtout s’ils viennent de milieux défavorisés. « Et dans les familles où l’on entretient une forte culture du travail, le gain passe parfois mal. On leur donne le sentiment que cet argent est sale », indique Vincent Mongaillard.

Ces attitudes parfois hostiles ou envieuses entraînent dans certains cas des ruptures. « Les proches sont censés partager avec vous les bons comme les mauvais moments. Comme ce n’est pas toujours le cas,les gagnants sont souvent amenés à faire le tri », observe Olivia Miray Jacta.

On se comprend entre millionnaires

Pour conserver des relations équilibrées, certains ne renoncent pas à une forme de réciprocité dans les rapports. « Je me souviens d’un menuisier qui avait gagné 27 millions, avait acheté des terres et invitait régulièrement ses amis à chasser dessus. Mais pour conserver ses valeurs, il demandait à chacun de participer modestement au petit-déjeuner et au déjeuner », évoque Monique Pinçon-Charlot.

Et le fait de gagner au loto est aussi pour certains l’occasion d’étoffer leur cercle d’intimes. « Beaucoup de gagnants qui se rencontrent lors des séminaires organisés par la Française des Jeux deviennent amis. Ils se sentent à leur aise au milieu d’autres millionnaires qui partagent non seulement leur récente condition de richesse, mais également, bien souvent, leurs habitudes sociales », indique la sociologue. Heureux au jeu et en amitié en somme.

*Les millionnaires de la chance, Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, Payot, 2010, 18,50 euros

** Les millionnaires du Loto, 49 histoires de sacrés veinards, Editions de l’opportun, 2016, 9,90 euros.