La SNCF mise sur le train du futur baptisé Hyperloop

TRANSPORTS Ce train permettrait de parcourir en 30 minutes les quelque 600 kilomètres séparant Los Angeles de San Francisco…

H. B. avec AFP

— 

Le projet de train du futur
Le projet de train du futur — AP/SIPA

C’est un projet digne d’un scénario de science-fiction qui a séduit la SNCF. La compagnie française des chemins de fer a choisi d’investir dans l’une des startups américaines qui travaillent sur le projet futuriste de train à très grande vitesse baptisé « Hyperloop ». Fruit de l’imagination fertile du fabricant des Tesla Elon Musk, ce projet de train devrait connaître d’importants développements ce mercredi lors d’une présentation dans le désert près de Las Vegas.

Le fonctionnement de l'Hyperloop.
Le fonctionnement de l'Hyperloop. - Adrian LEUNG Gal ROMA / AFP

Le principe du concept Hyperloop est de transporter des passagers à très grande vitesse entre Los Angeles à San Francisco, deux villes séparées d’environ 600 kilomètres, en 30 minutes, contre 01h15 à 01h30 aujourd’hui en avion, en propulsant des passagers dans des « capsules » circulant sur des coussins d’air dans un tube à basse pression.

Dix investisseurs pour une levée de fonds de 80 millions de dollars

Ce projet est ouvert à différentes offres concurrentes de plusieurs entreprises de haute technologie. C’est dans l’une d’entre elles, rebaptisée Hyperloop One (ex-Hyperloop Technologies) que la SNCF a investi, a confirmé ce mardi cette start-up basée à Los Angeles.

>> A lire aussi : «Hyperloop» promet un voyage supersonique en capsule

La start-up n’a pas précisé le montant exact du financement apporté par la SNCF, saluée comme « l’une des forces principales derrière le rail à haute vitesse en Europe », indiquant juste qu’il faisait partie d’une levée de fonds de 80 millions de dollars, à laquelle ont également participé neuf autres investisseurs.

Au-delà des investissements, Hyperloop One revendique de nombreux partenariats à travers le monde, dont les sociétés d’ingénierie française Systra (filiale de la SNCF et la RATP) et allemande Deutsche Bahn Engineering and Consulting ou encore le groupe suisse Amberg.