Loi Travail: Après le recours au 49-3, les syndicats appellent à deux journées de grève

SOCIAL La mobilisation sociale contre le projet de loi El Khomri va se poursuivre, avec deux journées de grève et de manifestation supplémentaires les 17 et 19 mai…

20 Minutes avec AFP

— 

Les syndicats avaient déjà manifesté le 3 mai dernier contre le projet de loi Travail.
Les syndicats avaient déjà manifesté le 3 mai dernier contre le projet de loi Travail. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Les syndicats restent mobilisés contre le projet de loi Travail. Sept d’entre eux, dont la CGT et FO, ont appelé mardi leurs organisations respectives à « construire » deux nouvelles journées de grèves et manifestations les mardi 17 et jeudi 19 mai. En outre, elles « n’écartent aucun type d’initiatives pour les semaines à venir, y compris une manifestation nationale » contre le projet qui fait la part trop belle aux entreprises, selon elles. La CGT, FO, FSU, Solidaires, l’Unef, l’UNL et Fidl vont également adresser un courrier « au président de la République pour être reçues rapidement ».

Le 49.3 ne passe pas

Parmi les points les plus conflictuels du texte, figure l’article qui accorde la primauté aux accords d’entreprise pour l’organisation du temps de travail et rend possible l’organisation de référendums. « Alors que les salarié-es, les jeunes, les privé-es emploi, les retraité-es sont mobilisés depuis plus de 2 mois pour le retrait du projet de loi Travail et l’obtention de nouveaux droits, alors que l’opinion publique reste massivement opposée à ce texte, le gouvernement décide de passer en force en utilisant le 49.3. Inacceptable ! », indiquent les syndicats dans un communiqué.

>> A lire aussi: «Ça me fait mal au coeur d'avoir à utiliser» le 49.3, assure Manuel Valls

Ils « invitent leurs structures à organiser des assemblées générales avec les salarié-es pour débattre des modalités d’actions, de la grève et de sa reconduction ». Une nouvelle réunion des organisations syndicales se tiendra dès le début de la semaine prochaine pour décider de nouvelles mobilisations.