Génocide au Rwanda: Deux anciens maires jugés à Paris

JUSTICE C’est le deuxième procès en France…

20 Minutes avec AFP

— 

Les deux hommes sont accusés d'avoir directement participé au massacre de centaines voire de milliers de Tutsi en avril 1994.
Les deux hommes sont accusés d'avoir directement participé au massacre de centaines voire de milliers de Tutsi en avril 1994. — CYRIL NDEGEYA

C’est un procès historique qui s’ouvre ce mardi aux assises de Paris. Deux anciens bourgmestres comparaissent devant la justice française pour leur participation présumée au génocide rwandais qui a fait plus de 800.000 victimes en 1994.

Octavien Ngenzi et Tito Barahira, qui nient les faits, sont accusés d’avoir directement participé au massacre de centaines voire de milliers de Tutsis en avril 1994 à Kabarondo, essentiellement des réfugiés regroupés dans l’église de cette commune de l’est du Rwanda.

>> A lire aussi : Ce qui s'est passé en 1994

Un procès fleuve

Les deux hommes, qui se sont succédé à la tête de la localité, seront jugés pendant huit semaines pour «crimes contre l’humanité » et « génocide », pour « une pratique massive et systématique d’exécutions sommaires » en application d’un « plan concerté tendant à la destruction » du groupe ethnique tutsi.

C’est le deuxième procès en France sur le génocide rwandais. En mars 2014, Pascal Simbikangwa, ancien capitaine de l’armée rwandaise, avait condamné à 25 ans de réclusion pour complicité de crimes de génocide.