Première main, kilométrage, contrôle technique... Beaucoup trop d'arnaques sur le marché de la voiture d'occasion

AUTOMOBILE La répression des fraudes a effectué une enquête sur 1.400 établissements en 2015…

H. B.

— 

Un parc de véhicules d’occasion, avenue des Etats unis. Toulouse. Illustration voiture, achat.
Un parc de véhicules d’occasion, avenue des Etats unis. Toulouse. Illustration voiture, achat. — FREDERIC SCHEIBER / 20 MINUTES

Vices cachés, fausses bonnes affaires et même arnaques…, le marché de l’occasion de l’automobile est pointé du doigt dans un rapport publié ce lundi par la répression des fraudes. Sur un peu plus de 1.400 établissements contrôlés en 2015, le taux d’infraction est proche des 50 %, révèle France Info qui s’est procuré le bilan de la DGCCRF.

Chaque année, près de 5 millions de voitures d’occasion se vendent, et donc près de la moitié de ces transactions feraient l’objet d’infractions au détriment des consommateurs.

Fausse première main, minoration du kilométrage et absence de contrôle technique

La première des tromperies consiste à mentir sur l’immatriculation. Beaucoup de vendeurs présentent en effet leurs voitures comme des premières mains. Une arnaque facilitée depuis la mise en place d’une immatriculation unique et définitive sur chaque automobile, de leur mise en circulation jusqu’à leur destruction complète.

>> A lire aussi : Peut-on faire confiance aux occasions quand on veut acheter un véhicule?

La minoration du kilométrage est également souvent une source d’arnaque. L’Autorité de la concurrence relève ainsi qu’une casse n’a pas hésité à vendre un véhicule avec 55 000 km au compteur alors qu’il en avait en réalité 347 000…

Enfin, certains vendeurs sans scrupule mettent en vente des véhicules sans contrôle technique. La législation est pourtant claire, ce document doit obligatoirement être présenté au client avant la signature de la vente ou le versement du premier acompte.