Engie: Gérard Mestrallet renonce à sa rémunération de président du conseil d'administration

ENTREPRISES Il ne touchera pas les 350.000 euros prévus pour son poste…

H. B.

— 

L'ex-PDG d'Engie Gérard Mestrallet.
L'ex-PDG d'Engie Gérard Mestrallet. — Thomas Samson AFP

En pleine polémique sur la rémunération des grands patrons, Gérard Mestrallet crée la surprise. L’ex-PDG d’Engie vient en effet d’annoncer qu’il renonçait à sa rémunération de 350.000 euros par an qu’il devait toucher en tant que président du conseil d’administration.

Gérard Mestrallet était PDG de GDF Suez (devenu Engie), depuis 2008 avant de laisser sa place à Isabelle Kocher.

>> A lire aussi : Polémique sur la «retraite chapeau» du PDG

Cette annonce intervient quelques jours après la polémique sur le salaire du patron de Renault, Carlos Ghosn. Le ministre de l’Economie Emmanuel Macron avait averti ce mardi qu’ il n’hésiterait pas à « légiférer » si le conseil d’administration de Renault, qui a maintenu la rémunération du PDG du groupe, ne revenait pas sur décision.