Seine-et-Marne: Interdite de lycée à cause d'une robe trop longue

EDUCATION La longue robe noire et le gilet arrivant aux genoux de l'adolescente constitueraient un «signe ostentatoire religieux»...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration salle de classe dans un lycée
Illustration salle de classe dans un lycée — MATHIEU PATTIER/SIPA

La longueur de sa robe représentait un « signe ostentatoire religieux », d’après la proviseure. Mardi, une élève de première du lycée Flora Tristan, à Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne), s’est vue interdire d’entrer dans son établissement.

La veille, l’adolescente avait été avertie par la responsable que sa tenue vestimentaire n’était pas autorisée dans le lycée. Convertie à l’Islam il y a un an, la jeune fille porte également le voile, qu’elle enlève chaque matin avant d’enter en cours. L’adolescente avait par ailleurs fait l’objet d’une enquête menée par le personnel de l’établissement à l’occasion de sa conversion, comme le prévoit la procédure.

>> A lire aussi : Dix ans après la «loi sur le foulard», le débat sur la laïcité à l’école reste très sensible

La mère de l’adolescente envisage de porter plainte

Pourtant, selon Marie-Christine de Sousa, la mère de la lycéenne, la proviseure a interdit l’accès de l’établissement à sa fille « sans lui expliquer pourquoi », a-t-elle indiqué à L’Obs, ajoutant qu’elle s’était également vue refuser une justification écrite de l’interdiction faite à sa fille d’entrer dans le lycée.

Si une médiation est prévue entre l’école et la famille, cette dernière annonce vouloir porter plainte. « Ma fille respecte la loi », a déclaré Marie-Christine de Sousa. L’Académie de Créteil tient de son côté à préciser que l’élève « n’a en aucun cas été exclue de l’établissement » et qu' « une robe longue n’est pas un motif d’exclusion ».

>> A lire aussi : Laïcité: Ce qui est autorisé et ce qui ne l'est pas dans l'espace public

Pour rappel, même si le conseil d’Etat ne s’est pas encore prononcé sur la question des jupes longues, la loi de 2004 stipule que « dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit. ».