Humoristes, politiques et dessinateurs rendent hommage à Siné

DÉCÈS Figure du dessin satirique et pillier de Charlie Hebdo, Siné est mort à l'âge de 87 ans...

H.S. avec AFP
— 
Siné aux obsèques de Cavanna le 6 février 2014
Siné aux obsèques de Cavanna le 6 février 2014 — CAU ANTOINE/SIPA

Son talent, son irrévérence, son humour… Ce jeudi, le monde du dessin et de la satire française tient à rendre hommage au dessinateur Siné, décédé à 87 ans des suites d’une opération. Depuis l’annonce de son décès, les hommages et réactions se multiplient sur les réseaux sociaux.

« Mourir ? Plutôt crever ! » : sa devise sarcastique, déjà gravée sur sa tombe au cimetière du Montparnasse également ornée d’un cactus en forme de doigt d’honneur, a été reprise par plusieurs de ses amis et collègues à l’image de Bruno Gaccio, figure de Nulle part ailleurs sur Canal + puis auteur phare des Guignols de l’info.

Journalistes, caricaturistes, humoristes ont fait part de leur peine et de leur douleur à l’annonce de sa mort, un an et quatre mois aprèsl’attentat qui a décimé une partie des membres du journal Charlie HebdoLa collaboration entre Siné et l’hebdomadaire aura duré près de vingt ans. L’état de santé du dessinateur s’était dégradé depuis 2011 mais Siné continuait de produire des caricatures dans son mensuel.

Plantu a salué sur Europe 1 « un immense graphiste et un immense dessinateur ». « Il a mis en avant toute une génération de jeunes talents ». « Il était vitupérant, toujours râlant, et aussi très très drôle. » « Jamais plus aucun dessinateur n’aura cette dimension », a commenté Yan Lindingre, patron du magazine Fluide Glacial, au micro de France Info.

« Il avait un côté cour et un côté jardin », « il cognait mais il y avait aussi de la tendresse et un énorme humanisme. La famille de Siné, c’est des mômes et des copains de toutes les couleurs, des noirs, des Asiatiques, des juifs et surtout on se marrait ». Philippe Geluck, créateur du célèbre « Chat » a ajouté sur iTélé : « Il est le premier en France dans les années 1950 à inaugurer l’ère du dessin coup de boule, du dessin violent, du dessin méchant, à l l’humour noir et trash, bien avant toute l’équipe de Hara-Kiri. » il a salué « la force de sa créativité ».