Les propos d'Henry de Lesquen évoquant «la longévité des rescapé de la Shoah», visés par une enquête

JUSTICE L’enquête a été ouverte après le signalement de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme auprès du procureur de la République de Paris…

Clémence Apetogbor

— 

Capture d'écran du compte Facebook de  Henry de Lesquen 2017 (henrydelesquen2017/)
Capture d'écran du compte Facebook de Henry de Lesquen 2017 (henrydelesquen2017/) — Facebook/Henry de Lesquen 2017

Les propos d’Henry de Lesquen, candidat d’extrême droite à la présidentielle qui s’est dit sur Twitter « émerveillé de la longévité des rescapés de la Shoah », font l’objet d’une enquête ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Cette enquête sur « des propos susceptibles de constituer le délit de contestation de crime contre l’humanité » fait suite à un signalement du 28 avril de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), auprès du procureur de la République de Paris.

« Je suis émerveillé de la longévité des rescapés de la Shoah morts à plus de 90 ans. Ont-ils vécu les horreurs qu’ils ont racontées ? […] La plantureuse S. Veil rescapée de la Shoah a 88 ans. A ma connaissance, elle va bien », avait écrit Henry de Lesquen dans deux tweets datés des 27 et 28 avril, qui ont suscité de nombreuses réactions sur le réseau social.

Capture d'écran du tweet d'Henry de Lesquen le 28 avril 2016 à 10h02
Capture d'écran du tweet d'Henry de Lesquen le 28 avril 2016 à 10h02 - Twitter/BFMTV

« Provocation à la haine raciale »

L’Union des étudiants juifs de France (UEJF) a par ailleurs porté plainte.

Le candidat, qui brigue la présidentielle de 2017, est déjà visé par deux enquêtes pour « provocation à la haine raciale » pour de précédents propos signalés à la justice les 4 février et 24 mars derniers par la Licra et la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Dilcra).

>> A lire aussi : Henry de Lesquen rassemble 60.000 signatures contre sa candidature à la présidentielle 2017

Les enquêtes sont confiées aux policiers de la Brigade de répression de la délinquance à la personne de la préfecture de police de Paris.