Des allocations familiales en baisse pour 455.100 familles

ALLOCATIONS FAMILIALES La réforme s’est traduite par une chute de 50 % à 75 % du montant des allocations autrefois versées aux foyers considérés comme les « plus aisés »...

Clémence Apetogbor

— 

La Caisse des allocations familiales de la rue de Berne à Strasbourg. (Illustration)
La Caisse des allocations familiales de la rue de Berne à Strasbourg. (Illustration) — G . VARELA / 20 MINUTES

Depuis la mise en place de la modulation des allocations familiales selon les revenus, au premier juillet 2015, 455.100 bénéficiaires ont vu leurs allocations baisser.

>> A lire aussi : Il crée sept fausses identités et touche plus de 120.000 euros auprès des allocations familiales

Ils représentent 9,3 % du total des bénéficiaires des allocations familiales, selon un bilan d’étape que vient de publier la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf), un chiffre proche des estimations qui avaient été établies au moment de la réforme, indique Le Figaro.

240.000 familles concernées en 2017

La réforme s’est traduite par une chute de 50 % à 75 % du montant des allocations autrefois versées à ces foyers considérés comme les « plus aisés ». Selon les derniers plafonds établis, les familles avec deux enfants à charge et dont les revenus sont compris entre 67.408 euros et 89.847 euros ne touchent que 64,74 euros contre 129,47 euros auparavant. Les familles de deux enfants ayant des ressources supérieures à 89.847 euros ne perçoivent plus que 32,37 euros.

Les « hauts revenus » voient aussi l’allocation de base de la Prestation d’accueil du jeune enfant (Paje) baisser. Elle passe pour de 184,62 euros à 92,31 euros. La Caf estime que 240.000 familles devraient être touchées par les réductions en 2017 et que 51.000 devraient en perdre le bénéfice compte tenu de la modification des plafonds de ressources.

L’objectif des 100.000 nouvelles places en crèche ne sera pas atteint

La Convention d’objectifs et de gestion (Cog), signée en 2013 entre la Cnaf et l’Etat sur 5 ans (2013-2017), avait programmé une hausse des ressources du Fonds national d’action sociale (Fnas), qui finance crèches, centres de loisirs et autres actions en faveur des jeunes. Avec 5,249 milliards d’euros en 2015, les dépenses du Fnas ont augmenté de 5,1 %, après +6,8 % en 2014.

L’objectif était notamment d’accroître de 275.000 (+20 %) en cinq ans le nombre de places d’accueil de jeunes enfants : +100.000 places de crèches, +100.000 places chez des assistantes maternelles et +75.000 places en écoles maternelles.

>> A lire aussi : Une pénalité de 5 euros pour les parents en retard à la crèche

En 2015, 13.421 places en crèches ont été créées après 14.658 en 2014 et 13.732 en 2013: soit 41.811 sur trois ans, selon les chiffres communiqués par la Cnaf.

Mais 4.503 places ont parallèlement été supprimées en 2015, ramenant l’augmentation nette à 8.918, soit 403.622 places installées à fin 2015. En outre, le nombre de places en micro-crèches a augmenté de 4.902 l’an dernier, à 20.856.

« Nous ne parviendrons pas en 2017 à l’objectif de 100.000 places supplémentaires créées en 5 ans, qui était ambitieux », a estimé le président du conseil d’administration de la Cnaf, Jean-Louis Deroussen. Il a imputé le retard aux élections municipales de 2014 et aux difficultés des communes, qui cofinancent les places de crèches avec la Cnaf.