VIDEO. Paris: Evacuation sous tension du lycée occupé par des migrants

VIOLENCES Squatté par des migrants depuis deux semaines, un établissement désaffecté du 19e arrondissement devait être évacué…

Hakima Bounemoura

— 

Des manifestants ont bloqué l'entrée du lycée Jean-Jaurès à Paris.
Des manifestants ont bloqué l'entrée du lycée Jean-Jaurès à Paris. — MIGUEL MEDINA

Des heurts ont opposé ce mercredi matin des manifestants à des policiers venus évacuer des migrants occupant le lycée Jean-Jaurès à Paris (19e).

La justice avait ordonné le 29 avril l’évacuation de ce lycée en travaux occupé depuis près de deux semaines.

Gaz lacrymogène contre jet de pierres

La police a recouru à du gaz lacrymogène pour disperser plusieurs dizaines de manifestants qui bloquaient l’entrée de cet établissement du nord-est de Paris, parvenant à libérer l’accès. Des manifestants, dont certains étaient masqués et encagoulés, ont répondu par des jets de projectiles.

Certains manifestants assis sur la chaussée face aux CRS scandaient : « Solidarité avec les réfugiés ».

>> A lire aussi : Plus d’un millier de migrants évacués ce lundi matin du campement Stalingrad

Saisi par le conseil régional d’Ile-de-France, le tribunal administratif de Paris avait ordonné le 29 avril, avec un délai de grâce de 72 heures, l’évacuation de ce lycée.

Le collectif « La Chapelle debout » qui soutient ces migrants avait indiqué qu’ils étaient « un peu moins de 300 personnes » à occuper les 8.000 m2 de ce lycée désaffecté.

Ce matin cette évacuation n’a pas manqué de faire réagir la scène politique. Tandis que le conseiller écologiste de Paris, David Balliard, parle d’une évacuation « honteuse », l’élue EELV Anne Souryis rapporte que l’évacuation des enfants a commencé.

Autre réaction, celle du porte-parole du Parti de Gauche, Eric Coquerel, qui dénonce le fait que les élus présents sur place soient maintenus à l’écart de l’évacuation par les forces de l’ordre.

Des premières images des cars de réfugiés quittant la rue de Belleville nous parviennent. Ici filmées par le journaliste David Perrotin.