Réforme du code de la route: Le taux de réussite chute de 70% à 16,7%

TRANSPORTS Le gouvernement promet «des ajustements»...

P.B. avec AFP

— 

Illustration: Le permis de conduire français.
Illustration: Le permis de conduire français. — XAVIER VILA/SIPA

Ils savaient qu’ils allaient essuyer les plâtres. Mais les premiers candidats au nouveau code de la route ne s’attendaient sans doute pas à un tel massacre. Sur la journée de lundi, le taux de réussite a chuté de 70 % à 16,7 %. Pour ceux qui sont nuls en maths, cela représente quatre fois moins de lauréats que d’habitude. Traduction : seulement un candidat sur six a eu son code.

>> A lire aussi : QUIZZ. Testez vos connaissances du Code de la route

« Hier, 3.300 personnes ont passé l’examen, contre 6.000 normalement par jour. Le taux de réussite a été de 16,7 %, quand le taux de réussite annuel est aux alentours de 70 % », a indiqué à l’AFP Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, confirmant une information d’Europe 1. « Les choses vont se réguler. D’ici quinze jours, cela sera en partie redressé, on ne fait pas une réforme sans des moments d’ajustement », insiste Barbe. « Nous sommes en train d’analyser les questions qui ont donné du mal, on va les retirer momentanément, éventuellement les reformuler »

Des questions non-factuelles

Selon le délégué ministériel, « beaucoup de gens étaient à 30 bonnes réponses (sur 40, ndlr), il ne leur en manquait donc que cinq pour réussir ». Il invite les auto-écoles à « prendre leur temps pour présenter leurs candidats » au code. Sur Europe 1, mardi, il conseillait aux candidats « d’attendre une semaine ou deux pour le passer, et un peu de formation en plus ».

Depuis lundi, les questions de l’examen sont choisies parmi 1.000 – contre 700 auparavant – remises à jour, avec notamment des vues aériennes et de la vidéo, et abordent de nouveaux thèmes comme l’éco-conduite, le secourisme et les nouvelles technologies.

Si l’adaptation des formations est nécessaire, il y a quand même de vrais problèmes avec certaines questions. Certaines misent sur le bon sens, comme « Un jeune conducteur est-il capable de lire tous les indices en même temps » (non, mais ça se discute). Pour d’autres, cela ressemble plus à un test de personnalité, comme « Quelles sont les raisons de l’attachement des conducteurs à la voiture » (a. Liberté de déplacement, b. Faible coût d’utilisation de la voiture, c. Intimité, d. Autonomie). What. The. Fuck.