Attentats de Paris: La virulente lettre de Jawad Bendaoud aux juges

TERRORISME Le logeur des terroristes du 13 novembre, à l’isolement depuis son arrestation, clame son innocence…

20 Minutes avec AFP
— 
Jawad Bendaoud, l'homme qui a logé les terroristes dans un appartement de Saint-Denis
Jawad Bendaoud, l'homme qui a logé les terroristes dans un appartement de Saint-Denis — BFMTV / AFP

Jawad Bendaoud refait parler de lui. Le logeur des terroristes du 13 novembre apostrophe les juges d’instruction dans un virulent courrier où il continue de clamer son innocence. « Est-ce que vous allez imprimer ça dans vos cervelles ? », martèle l’homme de 29 ans. « Je veux sortir de l’isolement. Je vais péter les plombs », ajoute-t-il.

« Depuis ma sortie de prison [en septembre 2015], je n’ai même pas préparé un repas et vous me parlez de préparer des attentats. Je n’ai rien à voir avec tout ça », explique l’ancien petit caïd de Saint-Denis, dans sa lettre du 25 mars.

>> A lire aussi : «Je suis passé d’une vie normale à une vie d’enfer», écrit Jawad Bendaoud

Les explosifs, « la seule fois où j’en ai vu […], c’est dans des films d’action »

Jawad Bendaoud, déjà condamné pour homicide involontaire en 2008, cherche à prouver son innocence. « J’ai vu Abaaoud [cerveau présumé des attentats] moins de dix minutes vous croyez que je suis profiler pour savoir ce qu’il a fait avant d’arriver chez moi », écrit-il, rappelant avoir « consommé de la coke et du shit en quantité » ce jour-là. Quant aux explosifs, « la seule fois où j’en ai vu (…), c’est dans des films d’action ».

>> A lire aussi : Le logeur des terroristes moqué sur Internet

Jawad Bendaoud dit avoir tout inventé dans le SMS adressé au matin du 18 novembre à sa petite amie. « Tous les mecs de ma rue, hier, ils rigolaient, ils m’ont dit t’es un OUF, tu ramènes des mecs de Belgique, deux frères MUS. […] Sur le Coran de La Mecque c’est des terroristes », avait-il écrit à la jeune femme, laissant à penser qu’il avait dès le départ établi un lien entre les deux fugitifs et les attentats.

« J’ai affabulé. Personne ne m’a dit ça. Je voulais jouer un rôle, […] me vanter », assure-t-il aujourd’hui aux juges.